Menu – Salle de Compostelle


Organisez vos repas de fête ou de retrouvailles à Saint-Jacques.
La salle Compostelle est votre lieu! A aménager à votre convenance! Dans un décor magique! La nature vous accueille et vous sourit! Vous êtes chez vous!

Pour plus d’info, cliquez ici, et trouvez les numéros de téléphone et le formulaire de contact. Merci

Message des Évêques Catholiques d’Haïti

Message des Évêques Catholiques d’Haïti


« O Dieu ! Ils ont mis le feu à ton sanctuaire !… Ils ont envahi ton héritage. Ils ont profané ton saint temple, la demeure de ton Nom ! » (Psaumes 74 :7.8 ; 79 : 1).

1. La dégradation générale de la situation du pays nous inquiète de plus en plus comme Pasteurs de ce peuple qui souffre tant. Nous avons tant de fois élevé nos voix pour interpeller chacun et chacune des fils et des filles de la Patrie commune, afin de les alerter et sensibiliser sur les enjeux majeurs de l’heure. La peur a, par ailleurs, plongé les uns dans une profonde léthargie, tandis que les autres ne cessent de se rendre complices des malheurs de notre peuple : corruption, extrême pauvreté, insécurité généralisée, kidnapping, la méfiance interpersonnelle sont les maux auxquels est venue s’ajouter la violence systémique des gangs armés qui se déclarent la guerre ici et là.

2. Le centre-ville de Port-au-Prince est devenu, ces derniers jours, le théâtre de violents affrontements entre bandes armées illégales, causant de nombreuses victimes au sein de la population civile aux abois, en grande détresse. La Police elle-même semble impuissante. Situé au cœur de ces zones d’affrontements, l’édifice de la Cathédrale transitoire de Port-au-Prince a été ce 27 juillet gravement affecté par « un incendie d’origine criminelle » que les services de pompiers ont fort heureusement réussi à circonscrire pour sauver ce lieu sacré. Avec les autorités ecclésiastiques de l’Archidiocèse de Port-au-Prince, nous les remercions de tout cœur.

3. Constatant avec une profonde tristesse et un sentiment intérieur de révolte la dégradation acceptée et largement provoquée de la situation du pays dans sa descente aux enfers, la CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES D’HAÏTI (C.E.H) s’étonne et s’indigne contre l’impuissance de l’autorité de l’État, laissant le champ libre aux gangs lourdement armés pour mettre à exécution en toute impunité tous leurs actes prémédités. Ils kidnappent, séquestrent, cassent, tuent, brûlent, et mettent ainsi en défi les pouvoirs établis qui semblent totalement dépassés par ce qui se passe.

4. Nous nous demandons : pourquoi l’État n’agit-il pas pour sévir avec la rigueur nécessaire dans le cadre de la justice pour mettre les bandits hors d’état de nuire ? Est-il impossible de couper les sources qui fournissent aux groupes et aux individus les armes et les munitions, ou bien cela profite-t-il à des personnes intouchables ? Tandis que les acteurs de violence ne manquent jamais de moyens et sèment quotidiennement la terreur, les agents de la Police nationale semblent généralement en être dépourvus et ne peuvent exercer leur mission de manière efficace.

5. Il devient impossible d’investir et de s’investir en toute sérénité dans un pareil climat d’insécurité généralisée. Aussi constatons-nous avec inquiétude une augmentation considérable du nombre de ceux et celles qui fuient le pays, en particulier des jeunes qui, ne sachant plus à quel saint se vouer et vivant une grande instabilité, ne voient de salut qu’ailleurs. Aujourd’hui, plus que jamais, il nous faut regarder en profondeur la crise qui mine depuis si longtemps notre vie de peuple et y trouver des éléments efficaces de solutions.

6. L’État de droit a connu un moment de grande déception ; toutes les institutions régaliennes sont dysfonctionnelles. Les zones de non-droit prolifèrent et la violence a tendance à être récurrente et systématique. Tombant dans les sphères où règnent les gangs, ces endroits échappent totalement au contrôle de la puissance publique et mettent à mal le principe de l’indivisibilité du territoire consacré par la Loi mère (cf. Constitution de 1987, amendée, art. 1er). Les acteurs et promoteurs de violence recrutent et arment incessamment et la Police s’affaiblit de jour en jour. Les voies de sortie de la Capitale sont presque toutes bloquées, les gangs armés sont en guerre partout. Cet état de fait met en péril le pays et l’activité de tous, à l’exception des acteurs de violence eux-mêmes. Il nous faut restaurer l’autorité de l’État pour faire souffler sur le pays un air de renouveau et de paix.

7. Nous unissons nos voix à celles de tous ceux et celles qui souffrent de cette situation et qui aspirent à la sécurité et à la paix, pour exiger une action immédiate de la part des autorités qui ont la charge de l’état et du bien-être des citoyens. Car, il est urgent de travailler dans le meilleur des délais pour le désarmement des gangs, pour permettre à la Police nationale de mener en toute liberté et avec égal traitement ses opérations à l’encontre des acteurs de violence armés ou d’insécurité et de créer un climat de sérénité et de confiance. Il faut, entre autres, empêcher le passage par les frontières et l’entrée des munitions dans le pays, arrêter et juger les auteurs matériels, les commanditaires et les promoteurs des actes qui enfreignent la loi. Nous devons tous nous rappeler ici, à la suite d’Edmund Burke, que « la seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des gens de bien… ».

8. Nous invitons tous et chacun, hommes et femmes d’affaires, hommes et femmes politiques et d’État, ainsi que les membres de la Société civile à travailler en synergie pour combattre le fléau de l’insécurité sous toutes ses formes. Nous contribuerons ainsi au changement espéré de tous. Nous ne pouvons plus continuer à vivre comme de potentielles victimes du banditisme qui règne dans le pays, ni accepter la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui comme si elle était normale. Il est déjà venu le temps de nous réveiller de notre torpeur, pour dire de toutes nos forces : Non à l’insécurité ! Non au kidnapping ! Non à la légalisation, par la complicité, de l’activité des gangs armés ! Non à tout projet d’anéantissement de l’État visant à faciliter un quelconque agenda à l’encontre de ce peuple à qui cette terre est léguée !

9. Attaquer les institutions qui empêchent de faire sauter les derniers verrous dans la Cité est un procédé dont le seul objectif est de rendre le pays plus vulnérable et servile. L’Église catholique, à tous ses échelons, proteste contre ces attaques ignobles et choquantes qui ont affecté ou touché la Cathédrale transitoire de Port-au-Prince et qui nous attristent profondément. La CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES D’HAÏTI s’unit aux autorités ecclésiastiques et au clergé de l’Archidiocèse de Port-au-Prince pour dénoncer cet acte malveillant. Nous invitons toutes les personnes physiques et morales, victimes de cette situation de violence et d’insécurité, à faire de même tout en s’engageant concrètement pour faire advenir le dialogue dans ce pays la Justice et la Paix.

10. À ce point tragique dans l’histoire de notre cher pays, nous avons particulièrement besoin de prier pour solliciter l’intervention toute-puissante de Dieu et l’intercession maternelle de la Bienheureuse Vierge Marie, Notre-Dame du Perpétuel Secours. Nous appelons donc tous les fidèles à une prière incessante et confiante au Seigneur pour la libération d’Haïti.

Donné, à Lillavois, au siège de la C.E.H., le 29 Juillet 2022, mémoire des Saintes Marthe, Marie et Saint Lazare.

Suivent les signatures des Évêques

Cliquez ici pour trouver le texte orginal signé

Incendie – Cathédrale de Port-au-Prince

Note d’information


Un incendie criminel a éclaté ce matin à la cathédrale de Port-au-Prince. Le clergé de la paroisse a constaté la montée des flammes aux environs de 10h et en a informé les autorités de la curie qui ont appelé immédiatement à l’aide la Police et les Pompiers. Devant la violence des tirs des gangs en guerre depuis des jours au bas de la ville, les pompiers ont dû faire machine arrière dans un premier temps avant de pouvoir atteindre dans un second temps la cathédrale pour éteindre le feu.

Suivant les constats des pompiers, les auteurs de l’incendie ont cassé une partie du mur de la façade de l’édifice avant d’y mettre le feu qui a pris dans les portails avant, et les portes latérales vers la rue saint Laurent. Les femmes qui ont brulé quelques bancs, ont atteint également une partie du plafond et du plancher de l’église.

L’Archevêché de Port-au-Prince remercie tous ceux qui ont manifesté leur proximité à l’endroit du clergé de la cathédrale, ainsi que les forces de police et les pompiers qui nous ont aidé à sauver l’édifice de la cathédrale transitoire. Nous attendons des autorités une enquête sérieuse afin de retrouver et punir les auteurs de cet incendie.

Que la Vierge Marie, Notre Dame de l’Assomption, intercède pour le peuple d’Haïti et pour la paix dans notre pays.

 

Donné à l’Archevêché de Port-au-Prince, le 27 juillet 2022
En la fête des Saints martyrs de Cordoue.

Marc Henry Siméon
Responsable du Service de Communication
De l’Archidiocèse de Port-au-Prince.

 









 

Vincent Sénéchal devient le supérieur général des MEP

P Vincent Sénéchal – Supérieur général des MEP (crédit MEP)

Après en avoir assuré la charge par interim durant une année, le Père Vincent Sénéchal vient être élu Supérieur général de la Société des Missions Etrangères de Paris pour six ans.

 


Père Etienne Frecon – Vicaire Général (crédit MEP)

Le Père Etienne Frécon est élu, lui aussi pour six ans, Vicaire général des MEP, après en avoir assuré la charge par interim, suite à la nomination du Père Gilles Reithinger – ancien Supérieur général des MEP – évêque auxilaire du diocèse de Strasbourg par le Pape François.


Nous confions à vos prières les Pères Vincent Sénéchal et Etienne Frécon, et nous leur présentons nos félicitations pour toute la confiance placée en eux, et nous les remercions d’avoir accepté cette mission dont ils sont conscients de l’importance et des exigences.

P. Georgino RAMEAU, spsj.

Contre l’insécurité en Haïti

ARCHEVECHE DE PORT-AU-PRINCE

6, rue Saint-Laurent,
B.P. : 538, HT 6110
Port-au-Prince, Haïti (VI.)

Service officiel


Message de l’Archevêque de Port-au-Prince

  1. Attentif aux cris des hommes et des femmes qui subissent le poids de la situation sociopolitique et économique catastrophique du pays, l’Archevêque de Port-au-Prince élève haut sa voix en communion avec tous les prêtres, les religieux, l’ensemble des fidèles et toutes les personnes de bonne volonté, pour exprimer son indignation et sa protestation face à l’ampleur de la violence des gangs armés, particulièrement ce qui se passe à Cité Soleil.

Une fois de plus, nous nous sentons interpellés et nous sommes inquiets quant à l’avenir du pays. Nous en appelons à la conscience humaine, chrétienne et patriotique des uns et des autres, en particulier à la responsabilité des autorités de l’État pour qu’elles s’élèvent à la hauteur de leur tâche. Nous en appelons également à la conscience responsable des membres des représentations diplomatiques pour que la clameur de ce peuple meurtri ne les laisse point indifférents.

  1. Dans un pays déjà marqué par tant de misères et de souffrances, la violence et l’insécurité deviennent le lot quotidien des gens. En plus des cas d’enlèvements avec demande d’énormes rançons, les bandits armés décident parfois de s’affronter pour l’occupation de territoires, causant de nombreuses victimes au sein de la population civile.

Le vendredi 8 juillet, de très tôt, des gangs lourdement armés, opérant dans la Capitale en toute impunité, ont attaqué plusieurs quartiers de Cité Soleil. Les témoignages recueillis attestent de la terreur que ces bandits ont semée dans ces quartiers. Les corps des individus tués au cours des affrontements sont abandonnés dans les rues et les habitants respirent encore l’odeur des morts.

À certains endroits, les belligérants empêchent le fonctionnement des institutions qui fournissent des services essentiels à la population. Ils utilisent des engins lourds pour démolir des maisons de certains habitants. Cité Soleil est à feu et à sang. Où est le Gouvernement ? Où sont les responsables de la Justice et de la Sécurité publique ?

L’insécurité est en train de gangréner la région métropolitaine. De la Croix-des-Bouquets à Canaan, de Torcel à Pernier, de Cité-Soleil à Martissant, de Frères à Laboule 12, la liberté de circulation, le droit à la vie et le droit d’accès aux services fondamentaux sont quotidiennement violés.

Les bandits, quant à eux, semblent Jouir d’une liberté sans borne. Ils tiennent des réunions pour préparer leurs attaques. Pire encore, les réseaux sociaux leur offrent une large audience auprès du public dans le mépris le plus absolu de la souffrance et du droit des victimes d’obtenir justice et réparation.

  1. Quand va-t-on arrêter ces violences, ces tueries ? Qui freinera la montée au calvaire du peuple haïtien ? En quoi consiste la proximité des pays dits amis d’Haïti ? À quoi servent les diverses rencontres internationales sur la situation d’Haïti ?

D’où proviennent ces armes et ces munitions qui alimentent l’activité des gangs dans le pays ? Comment peuvent-elles aussi facilement passer les contrôles douaniers et être acheminées à leurs destinataires ? À qui profite cette violence qui risque d’anéantir notre avenir de peuple ? Comment, dans ce contexte, restaurer l’autorité de l’État ? Ce sont des questions vitales qui attendent une réponse dans les différentes interventions des membres du gouvernement.

Le peuple est en droit d’attendre une action immédiate de la part des Forces de l’ordre pour le désarmement des bandes illégales, peu importe leur appui politique ou économique.

  1. La mémoire de ceux qui sont tués à Cité Soleil et partout dans le pays, les souffrances de ceux qui portent les cicatrices des actes criminels et du kidnapping, la misère des plus pauvres, doivent nous porter à trouver un consensus raisonnable pour sortir de cette situation. Notre histoire et notre dignité doivent infuser « en nous le courage de la paix, la force de persévérer dans le dialogue à tout prix, la patience de tisser jour après jour la trame toujours plus solide d’une cohabitation respectueuse et pacifique, pour la gloire de Dieu et le bien de tous  » pour répéter le Pape François. (Invocation pour la paix).
  2. Signe d’espérance, au milieu d’un peuple meurtri, l’Église dit aux tueurs : « Arrêtez le massacre ! » Elle élève vers Dieu ses cris en prières pour tant de vies brisées et tant d’espoirs déçus.

Que la Vierge Marie, Notre-Dame du Perpétuel Secours nous assiste de sa présence maternelle et intercède pour nous !

Visite du Supérieur général à Haïti

Visite du Supérieur général à Haïti,
juin 2022


La réalité sécuritaire du pays invite à une grande prudence. Les nombreux cas de personnes victimes de l’insécurité qui continue de frapper Haïti ont amené les Responsables de l’Institut à supprimer ou à reporter des voyages envisagés longtemps à l’avance. Mais, certaines réalités et certaines urgences ont rendu nécessaire de prendre des risques. C’est dans ce contexte que le Supérieur général, le Père Paul DESSOUS a effectué un voyage de deux semaines à la Région sociétaire Haïti. Conformément aux objectifs fixés, son séjour était organisé pour rencontrer les séminaristes, les Prêtres de Saint-Jacques et différents partenaires, dont des évêques.

Aussi le Père Paul DESSOUS n’allait-il pas tarder à se mettre au travail, une fois rendu à destination, pour animer deux sessions : l’une avec les séminaristes de Saint-Jacques, et l’autre avec les confrères. Il a pu réaliser ces deux rencontres sans difficulté particulière.

Avec ses rencontres avec d’autres autorités et personnalités locales, le Supérieur général a pu faire le point sur l’état de la Région et de la mission des Pères. Il a su évaluer l’avancement des séminaristes qu’il a dument rencontrés. Sa rencontre avec l’équipe des formateurs lui aura permis de mieux saisir les enjeux actuels de la formation des futurs prêtres de Saint-Jacques dans un contexte socio-politique instable et incertain.

Le Père Paul DOSSOUS a été en admiration devant la forte résilience de la population qui, contre vents et marrées, continue de vaquer à ses activités. Il pouvait avoir l’impression à certains moments que le pays avait retrouvé de la stabilité. Mais, rien, de fait, ne lui conduisait à ignorer la réalité critique que connaît le pays en matière de crise économique, politique et sociale. Au train où vont les choses, un retour à la normale au niveau de la gouvernance du pays ne semble pas s’annoncer pour tout de suite. Cette forte incertitude politique n’arrange en rien le sort de l’ensemble de la population, des plus pauvres et des plus vulnérables en particulier, qui doivent encore faire face aux aléas climatiques.

Avec le retour du Supérieur général en France, nous avons été heureux de recevoir les bonnes nouvelles des confrères, pleins de courage et déterminés à poursuivre leur mission au cœur de l’Église et auprès de la population. Heureux de les savoir au travail pour aider par tous les moyens à rêver, à faire naître l’espérance, et s’impliquer avec d’autres à envisager et à construire un avenir meilleur pour tous.

Nous confions à vos prières Haïti, nos confrères prêtres de la Société et de l’Église locale en général, nos séminaristes et tous leurs formateurs, et tout le peuple haïtien. Nous remercions le Seigneur de ce que tout se soit bien passé lors de la visite du Père Paul DOSSOUS à Haïti.

Père Georgino RAMEAU, spsj

Serge Saint-Hilaire – ordonné diacre à Moulins

Serge Saint-Hilaire – après son ordination diaconale – 26-06-2022

Le dimanche 26 juin 2022, Serge Saint-Hilaire a vécu deux grands moments, représentants deux grands pas dans son cheminement pour devenir Prêtre Missionnaire. En effet, à la fin de sa cinquième année de séminaire, il a fait son agrégation définitive à la Société des Prêtres de Saint-Jacques, Institut missionnaire présent en France, à Haïti, au Brésil et au Canada. Saint-Hilaire, après une agrégation temporaire, où il a expérimenté la vie et l’identité des prêtres missionnaires de Saint-Jacques, a fait le pas en engageant toute sa vie au sein de l’Institut dont il devient membre définitif à part entière. Il entend vivre ainsi du charisme, c’est-à-dire de la mise en œuvre du don particulier reçu et vécu par ses pairs, celui d’annoncer l’Évangile dans un esprit d’ouverture, de service et d’échange, avec une attention consciente et constante aux plus pauvres. Il a fait le choix réfléchi et mûri de rejoindre la centaine de prêtres missionnaires de Saint-Jacques, engagés ensemble dans la mission à l’extérieur (ad extra) et pour la vie (ad vitam).

Un des moments décisifs durant l’ordination diaconale : s’abandoner au Seigneur ! – 26 juin 2022

Dans la même journée, il a été ordonné diacre en vue du presbytérat. Par cet engagement, il entend s’engager avec ses confrères, à se configurer toujours et davantage au Christ, pour servir les plus pauvres en annonçant Jésus Christ, en qui se réaliser le salut de l’humanité. Durant cette année diaconale qu’il vient d’initier, il se préparera de manière pratique à devenir prêtre, selon le cœur de Dieu, pour le service de l’Église en mission au cœur du monde.

Serge Saint-Hilaire est arrivé en France d’il y a trois ans de cela, après avoir conclu une formation, dite de premier cycle, au Grand Séminaire Notre Dame de Haïti.

Il a été envoyé dans le diocèse de Moulins, pour son insertion pastorale et missionnaire, et au Séminaire Notre Dame de l’Espérance, à Orléans. Il a ainsi découvert la France, et tout particulièrement, la réalité culturelle, sociale, politique et religieuse d’Orléans et, surtout, de Moulins, il est accompagné par les responsables diocésains, partageant la vie des séminaristes de ce-dit diocèse.

Serge Saint-Hilaire et Foucauld Pommier au premier plan – 26 juin 2022

En présence de nombreux prêtres, du diocèse et de quelques-uns de notre Institut, des paroissiens et paroissiennes qui l’ont accueilli et soutenu jusqu’à ce jour, il a été ordonné diacre en même temps que Foucauld Pommier, séminariste diocésain de Moulins, avec qui il a cheminé durant ces trois dernières années.

La célébration fut belle et priante, sous la présidence très agréable de Mgr Marc BEAUMONT dont la simplicité a marqué les esprits, tout comme la profondeur de l’homélie qu’il a donnée en la circonstance. Le cérémoniaire a eu une parfaite maitrise de la célébration, et en assurait ainsi un déroulement fluide, et une excellente participation des fidèles, soutenue par un chœur d’exception.

Serge Saint-Hilaire entouré de deux séminaristes de la Société des Prêtres de Saint-Jacques

Serge Saint-Hilaire, ainsi que son confrère Foucauld Pommier, continuera encore une année sa formation avant de pouvoir être ordonné prêtre.

Signalons, parmi les prêtres ayant fait le déplacement, la présence du Supérieur et du Vicaire général de notre Institut missionnaire, les Pères Paul Dossous et André Siohan, le Supérieur régional de France, le Père Bernardin Auguste, ainsi que d’autres confrères.

Serge Saint-Hilaire -à sa droite le Père Père Jean-Philippe MORIN ( Vicaire général du diocèse de Moulins), le Père Laurent TOURNIER (recteur du séminaire d’Orléans), les Pères Paul Dossous (Supérieur général)  et Bernardin Auguste (Supérieur régional  – France), à gauche

Nous confions à vos prières les nouveaux ordonnés, leurs parents et toutes les communautés chrétiennes qui ont joué et continueront de jouer un rôle dans leur vie, et dans leur réponse à l’appel du Seigneur qu’ils doivent continuer de discerner au gré du temps et des événements qui ne manqueraient d’altérer leur regard et leur être.

 

P. Georgino RAMEAU, spsj.

Rencontre mondiale des Familles – Pape François

Message du Pape François


La prochaine Rencontre mondiale des familles se tiendra à Rome en juin 2022. Le thème de la rencontre sera L’amour familial: vocation et chemin de sainteté. Après le report d’une année, dû à la pandémie, notre désir de nous revoir est grand.

Lors des précédentes rencontres, la majeure partie des familles sont restées chez elles et la rencontre était perçue comme une réalité distante, tout au plus suivie à la télévision, ou inconnue de la majeure partie des familles.

Cette fois-ci, elle aura une formule inédite: ce sera une occasion de la Providence pour réaliser un événement mondial capable d’impliquer toutes les familles qui voudront se sentir partie prenante de la communauté ecclésiale.

La Rencontre aura une forme multicentrique et diffuse, favorisant la participation des communautés diocésaines du monde entier. Rome sera le siège principal, avec des délégués de la pastorale familiale qui participeront au Festival des familles, au congrès pastoral et à la Messe, qui seront transmis dans le monde entier.

Les mêmes jours, chaque diocèse pourra être le centre d’une rencontre locale pour ses propres familles et les communautés. De cette façon, tout le monde pourra participer, même ceux qui ne pourront pas venir à Rome.

Là où ce sera possible, j’invite donc les communautés diocésaines à programmer des initiatives à partir du thème de la Rencontre, en utilisant les symboles que le diocèse de Rome est en train de préparer. Je vous demande d’être vivants, actifs, créatifs, pour vous organiser avec les familles, en harmonie avec ce qui aura lieu à Rome.

Il s’agit d’une occasion précieuse pour se consacrer avec enthousiasme à la pastorale familiale: époux, familles et pasteurs ensemble.

Courage, donc, chers pasteurs et chères familles, aidez-vous mutuellement pour organiser des rencontres dans les diocèses et dans les paroisses de tous les continents.

Bon chemin vers la prochaine Rencontre mondiale des familles!

Et n’oubliez pas de prier pour moi. Merci!


Copyright © Dicastero per la Comunicazione – Libreria Editrice Vaticana


Ordination diaconale de Serge Saint-Hilaire



A l’occasion de la messe des vocations, Foucauld Pommier et Serge Saint Hilaire seront ordonnés diacres en vue du sacerdoce, le 26 juin 2022 à 16h00 en la cathédrale Notre Dame de l’Annonciation de Moulins.

Retrouvez ici la publication originale sur le site du diocèse de Moulins.


Foucauld Pommier est séminariste, originaire du diocèse de Moulins.

Serge Saint-Hilaire est Haïtien, séminariste de la Société des Prêtres de Saint-Jacques, inséré dans le diocèse de Moulins.

Les deux futurs ordonnés poursuivent leur formation de second cycle (études théologiques et pastorales en faculté et initiation à la vie pastorale en paroisse). Ils ont commencé ensemble cette deuxième étape de leur parcours au Séminaire Notre Dame de l’Espérance, à Orléans.

Nous les confions à vos prières.

 

P. Georgino RAMEAU, spsj.
Secrétaire Général
Chargé de communication pour la Société des Prêtres de Saint-Jacques.

Ordination presbytérale de Mérice ROMUAL


Le 22 mai 2022, en la cathédrale Saint-Front du diocèse de Périgueux et Sarlat, Mgr Philippe Mousset a ordonné prêtre pour la Société des Prêtres de Saint-Jacques, le diacre Mérice ROMUAL.  La messe d’ordination a débuté à 16 heures, en présence de nombreux fidèles diocésains et d’autres diocèses, de religieux et de religieuses. Seize prêtres de la Société des Prêtres de Saint-Jacques avaient fait le déplacement, pour s’adjoindre aux prêtres du diocèse, presque tous présents pour vivre cet événement dépassant les limites de notre Institut missionnaire et du diocèse de Périgueux et Sarlat.

Simplicité, sobriété et un climat de joie et de sérénité marquaient ce grand moment missionnaire. Cette ordination met en lumière la vitalité de l’Eglise universelle dont l’horizon s’élargit sans cesse aux dimensions du projet de Dieu pour sa création.  Cette ouverture est celle aussi de notre regard de plus en plus habité par celui du Christ, l’artiste qui s’est voir dans la pierre brute le bijou qui y est caché. Les chemins de l’Evangile ne s’accommodent nullement à nos habitudes et à nos certitudes, et encore moins à nos craintes humaines et au pessimisme qui peut se cacher sous certaines de nos décisions. S’agissant moins d’espace, ils indiquent plutôt un temps long, nécessaire à la croissance, à la maturation, voie vers la plénitude où enfin la famille humaine se trouve réunie et réconciliée, formant un seul et même peuple. Peuple de Dieu, Peuple de baptisés.

L’ordination du Père Mérice ROMUAL et la présence des missionnaires d’hier et d’aujourd’hui (partant d’Europe ou y arrivant),  donnent visibilité au sacrement du baptême, faisant des baptisés membres de l’unique famille qu’est l’Eglise. En elle, souligne saint Paul, il n’y a aucun étranger ni de gens de passage, mais des citoyens de la Cité Céleste.

La présence de missionnaires dans les Eglises anciennes ou nouvelles est signe d’espérance que le projet de Dieu de réunir tous ces enfants est en train de se réaliser, et que les défis de notre temps correspondent à une étape de croissance dans notre foi et dans l’engagement qui en découle.

Avec le diocèse de Périgueux et Sarlat, la Société des Prêtres de Saint-Jacques est heureuse de la grâce que le Seigneur accorde à l’Eglise pour que le troupeau ne soit pas livré à lui-même, mais guidé par le Pasteur qui s’associe des amis pour prendre soin des agneaux et des brebis.

Un grand merci au Père Mérice ROMUAL pour son oui à l’appel du Seigneur.  Nous le recommandons à vos prières, pour qu’il soit un Pasteur selon le cœur de Dieu.



P. Georgino RAMEAU, spsj.
Secrétaire Général

« Older posts
Translate »