Cher lecteur, chère lectrice,

 « Voici que nous montons  à Jérusalem… »

 En choisissant ces mots de l’Évangile selon saint Matthieu (20, 18), le Pape François, me semble-t-il, nous fait prendre conscience du sens du carême comme une marche consciente et décidée vers le mystère pascal. Cette montée suppose des étapes à franchir jusqu’à atteindre les sommets. L’itinéraire ainsi envisagé est marqué nécessairement par des épreuves à surmonter, des défis à relever, des efforts à produire dans la constance. La lumière de Pâque brille après la montée au Golgotha, la mise en croix et la descente aux enfers. L’alléluia pascal ne peut retentir qu’au bout d’un parcours où la foi est vérifiée au feu du réel, renforcée au gré des épreuves affrontées dans la confiance, purifiée au creuset d’histoires humaines et des combats existentiels.

Pour les Prêtres de Saint-Jacques, cette montée de carême est enracinée dans la profondeur des textes liturgiques et illuminée par eux.

Les différents articles de ce présent numéro peuvent se lire comme des récits de mission. Ils racontent les différentes montées des confrères, au Brésil, en France, en Haïti et au Canada. Ils sont l’expression du recul pris par rapport aux expériences vécues, telle une relecture de vie  d’où jaillit une lumière inespérée, une joie qui surprend, une incroyable victoire ! Comme au matin de Pâques, l’incroyable est arrivée, le Christ est ressuscité ! L’espérance renaît !

Qu’il en soit ainsi dans la vie de chacun de nous. Bonne lecture et joyeuses fêtes pascales à vous et aux vôtres. Alléluia !

Père Georgino RAMEAU, spsj
Directeur de la Publication