Interview avec le Père Bonhomme Jean-Reynold, spsj, à la veille de son ordination comme Prêtre au Centre Missionnaire Saint-Jacques, en Guiclan.

Le Père Bonhomme est en mission dans le diocèse de Vannes, à la paroisse de Pontivy.



Quelles sont les grandes lignes de votre parcours vocationnel ?

 Le témoignage de foi reçu de mes parents et ma scolarité chez les Frères de l’Instruction Chrétienne en Haïti ont été très porteurs dans ma vocation. Plus tard, j’ai été touché par le témoignage de vie des Prêtres de Saint-Jacques et j’ai choisi de cheminer avec eux, en intégrant leur Société en 2013. Après mes deux premières années de séminaire en Haïti (cycle de philosophie), j’ai été envoyé en France en 2016 : en formation au séminaire Saint Yves de Rennes et en insertion paroissiale à Elven. C’est dans cette paroisse que j’ai appris à connaître la réalité ecclésiale française. J’y ai beaucoup reçu pendant quatre ans !


Vous avez été ordonné diacre le 16 février dernier, juste avant le confinement. Comment avez-vous vécu cette année ?

 C’est dans le contexte difficile du confinement que j’ai en effet commencé ma mission comme diacre. « Je suis avec vous jusqu’à la fin des temps » (Mt 28, 20). Cette parole du Seigneur Jésus a nourri ma réflexion sur la situation mondiale et m’a fait progresser sur le chemin de confiance absolue dans l’Esprit-Saint et d’abandon dans les mains du Seigneur.

Durant cette année, j’ai grandi dans l’esprit de service, dans la simplicité et l’humilité. J’ai apprécié la messe quotidienne au presbytère, juste avec les prêtres, et où j’ai fait mes premiers pas dans le ministère de la prédication. Un temps fort a été la semaine sainte, que j’ai vécue pour la première fois depuis longtemps en paroisse, mais sans la présence du peuple de Dieu : le Seigneur nous a donné la joie de vivre ce moment de manière très forte.

 Je retiens aussi la proximité avec les personnes, notamment les plus faibles auxquels je me suis efforcé d’apporter une présence au téléphone. J’ai compris comme diacre que pour suivre le Christ, il faut se préparer à tous les niveaux à travers la prière, l’abandon et l’ouverture, le partage et l’accueil. Le Seigneur nous appelle et nous aide à nous donner totalement à Lui et aux autres malgré le contexte et les difficultés du confinement. Confiant dans l’Esprit-Saint, cette période m’a aussi permis de mieux me connaître dans mes faiblesses et mes doutes. Ce fut aussi un vrai temps d’études : soutenance de mon mémoire, obtention du baccalauréat canonique.

Après le confinement, je me suis consacré à la pastorale pendant un mois. J’ai pu célébrer deux baptêmes (sur les cinq prévus) et goûter la joie de communiquer à ces enfants la grâce de Dieu et de contempler comment le Seigneur agit à travers nous.


Quel est votre état d’esprit avant votre ordination et qu’aurez-vous à cœur comme prêtre ?

 Ordonné diacre dans mon pays de mission, la France, je devais être ordonné dans mon pays d’origine, afin que ma famille puisse participer à la messe d’ordination. Initialement prévue le 22 août à Port-au-Prince mon ordination a été reportée au 18 octobre 2020 à Guiclan. Ma famille biologique ne pourra donc pas y être présente. Toutefois, le Seigneur me donne le courage de vivre cette étape en toute sérénité et dans la joie. Il faut savoir poser un acte d’abandon et de confiance, et accueillir ce que l’Esprit-Saint nous réserve. Je me contenterai de ma famille spirituelle, qui, elle, sera bien là !

Nous serons cinq Diacres à être ordonnés Prêtres ce jour-là. C’est un grand évènement pour la communauté des Prêtres de Saint-Jacques.

Je suis maintenant en paroisse à Pontivy, où j’exerce un ministère d’accompagnement de la mission étudiante MéMo, où je m’occupe de la préparation à la confirmation, et de la pastorale scolaire. Ce sont-là de très belles missions qui me sont confiées !

Ce qui m’habite comme diacre et comme futur prêtre, c’est l’enthousiasme et la joie de servir le Peuple de Dieu, d’accompagner tout le monde et de leur faire découvrir que le Christ est présent avec eux.


Retrouvez ci-dessous l’interview en audio.