Auteur/autrice : missionstjacques (Page 1 of 56)

Despedido e acolhimento – Paróquia Imaculada Conceição

Como foi previsto, na manhã desse domingo, dia 21 de agosto de 2022, toda a comunidade paroquial da Imaculada se reuniu para saudar a saída do padre Roberto Le Goff e acolher fervorosamente o padre Lanio Maximin como novo pároco. Muitas pessoas se fizeram presentes nesse grande momento de emoções. Foi também um momento de muita alegria em que muita gente aproveitou para cumprimentar o sacerdote francês por provavelmente uma última vez. A missa foi presidida pelo padre Roberto com a presença de alguns concelebrantes e diáconos permanentes: Dom Joaquím, Pe. Fricot, Pe. Wesly, Pe. Lanio, Pe. Luís Pieretti, Pe. Damas, Diác. Martonildo, diác. Damião e diác. Severino. No início da celebração eucarística, o ofício de nomeação do novo pároco foi lido pelo diácono Márcio Damião e, logo depois o presidente deu continuidade à celebração entoando o ato penitencial.

O Padre Roberto, na sua homilia, considerou a sua despedida celebrada no dia da festa da Assunção de nossa Senhora como uma benção divina. Pois, Maria é exemplo de todo missionário. Acompanhemos a homilia integralmente:

« A Igreja do Brasil adiou a festa da Assunção de Nossa Senhora marcada no dia 15 de agosto para este domingo, dia 21. No dia que vivo com a comunidade paroquial a minha despedida da paróquia, da diocese e do Acre, recebo este adiamento como uma bênção divina. Pois, Maria é exemplo de fé e de esperança, exemplo de acolhida e de serviço do seu filho Jesus, exemplo de missionária, oferecendo, revelando seu filho a Isabel, aos pastores, aos magos, aos casados de Caná…. Maria é para nós, católicos e católicas, não uma deusa, não um ídolo, mas um exemplo e sobre tudo a mãe de Jesus e, por decisão de Jesus, a nossa mãe. Hoje celebramos a entrada na glória do céu de Maria, a fiel serva de Deus e de Jesus, desde o seu sim ao anjo Gabriel até e além de receber seu filho morto descido da cruz nos seus braços de mãe. Um sim repetido até sua morte, o melhor sua dormição.

Como Igreja, proclamamos que Maria foi encontrar seu Filho Jesus que a ofereceu a seu Pai que é nosso Pai do céu, de corpo transformado como o corpo de Jesus ressuscitado e de alma. É uma questão de fé. Celebrar a entrada de Maria na glória do céu é uma benção, dizia eu, para todos nós da paróquia a ela dedicada, como Imaculada Conceição, para nós da diocese de Rio Branco que está sob a proteção de Maria, nossa Senhora de Nazaré, do Brasil cuja padroeira é Maria, nossa Senhora Aparecida, da América latina, tendo Maria, nossa Senhora de Guadalupe, como guia, e acrescento para mim pessoalmente, como Padre da Sociedade dos Sacerdotes de São Tiago, que tem como padroeira principal Nossa Senhora do Perpétuo Socorro.

Muitos títulos dados a Maria que mostram e provam que ela continua a cuidar de seus filhos e filhas da Terra, lá do céu onde ela espera, com Jesus, todos e todas. Hoje, celebro a minha partida, mas ainda não é para lá onde está Maria, pelo menos, peço a Jesus de poder continuar ainda algum tempo e em outro lugar a missão recebida há 52 anos no dia da minha ordenação sacerdotal. Nossa Senhora, Imaculada Conceição. Perpétuo Socorro, rogai por nós todos e todas« .


Depois da homilia o bispo procedeu pela profissão de fé do padre Lanio, as renovações das promessas sacerdotais e a entrega da chave do sacrário. Isto é, o novo pároco assume oficialmente a paróquia Imaculada Conceição de Rio Branco. O pároco que está saindo deu um abraço no padre Lanio em sinal de acolhimento e de passação.

O padre Roberto expressou a sua ampla satisfação por ter recebido missão no Acre. Ele não será esquecido pelo povo acreano. Nessa circunstância, ele agradeceu a todos, especialmente aqueles que se envolveram na missão com ele. Vejamos o discurso dele:

« Quero agradecer antes de tudo o nosso Pai do céu e seu Filho Jesus que me escolheram, enviaram e sustentaram para revelar, bem ou mal, o seu amor para todos e todas. Quero agradecer a diocese de Rio Branco, outrora Prelazia do Acre e Purus, seus pastores: dom Joaquim, que me dá, nos dá a alegria de estar presente conosco e possa rapidamente recuperar suas forças físicas, dom Moacyr que, espero, entrou na festa do céu. Os dois me acolheram e ajudaram a viver a minha vocação sacerdotal e a minha missão. Sou grato ao povo de Boca do Acre que me recebeu durante 7 anos e sobretudo ao povo da paróquia Nossa Senhora da Imaculada Conceição que me acolheu, eu diria que me aguentou…, durante 21 anos.

Povo da capital com seus bairros antigos e novos, povo da imensa zona rural pelas estradas BR 364 e 317 e seus ramais, pelo rio Acre: seringueiros, ribeirinhos, agricultores, zona rural ou interior pertencendo hoje a outras paróquias. Meus agradecimentos a todos e a todas, membros das comunidades, aos diáconos Martonildo, Damião, Severino, aos ministros e ministras, catequistas, jovens, coroinhas, aos responsáveis e membros dos serviços, pastorais, movimentos. Meu obrigado aos Padres da diocese, representados pelo Padre Luis Pieretti, da Sociedade de São Tiago, ao Padre Fricot, seu superior regional que foi pároco da Imaculada e ao Padre Wesly, às Religiosas de Jesus Crucificado, das Servas de Maria, das Josefinas. Quero agradecer a TV diocesana que cobre este evento.

O meu abraço aos meus estudantes e às minhas estudantes aos quais, anos atrás, dei o curso sobre os Sinóticos, e mais recentemente o curso de latim e aos seminaristas que descobriram a beleza da língua francesa….Deixo a paróquia sob responsabilidade do Padre Lanio que assumira sua missão ajudado pelo Padre Damas e por todos vocês, paroquianos e paroquianas. Os dois são ainda jovens, esportistas, dinâmicos, cheios de projetos. As distâncias geográficas vão agora me afastar do Acre, do seu povo, mas eles estão e permanecerão gravados, presentes no meu coração.

E se não mais nos encontramos aqui nesta terra abençoada da bela e imensa grande Amazônia, rogo a Deus que nos encontremos todos e todas lá onde Maria entrou, acolhida por seu filho Jesus, lá onde nos precede a multidão dos santos e santas. Até lá ou quem sabe, antes….

Que Deus os abençoe. Que Maria, exemplo de fé, exemplo de discípula de Jesus, exemplo de serva e de missionária, os auxilie e os ampare para serem dignos e dignas da sua vocação de batizados e batizadas, de membros do povo de Jesus Cristo. Com minha gratidão, com minhas desculpas, até?……« 


Por fim, o novo pároco, no seu discurso, emprestou algumas palavras da Virgem Maria para exprimir a sua gratidão:

“A minha alma engradece o Senhor e se alegrou o meu espírito em Deus, meu Salvador… o Poderoso fez em mim maravilhas e Santo é o seu nomeˮ.

Agradecendo a todos pela confiança depositada nele, aproveita também para pedir a graça de poder fazer um bom trabalho pastoral.

Excelentíssimo Reverendíssimo dom Joaquin Pertiñez Fernández, bispo da Diocese de Rio Branco, Reverendíssimo Padre Fricot Milien, superior regional da sociedade dos sacerdotes de e São Tiago aqui no Brasil, Reverendos padres, diáconos, religiosas aqui presentes, caros seminaristas, estimados coordenadores (as) das Comunidades da paróquia Imaculada Conceição, prezados membros de diferentes serviços, movimentos e pastorais desta mesma paróquia, telespectadores (as), vocês que estão nos acompanhando pelo Facebook, amigos que vieram de outras paróquias, caros paroquianos (as), belo e santo povo de Deus aqui presente. Neste dia em que a Igreja no Brasil celebra a Assunção de Nossa Senhora, a sua elevada ao Céu de corpo de alma, empresto algumas palavras de Nossa Senhora para pode elevar a Deus as expressões do meu coração, como gesto de gratidão.

“A minha alma engradece o Senhor e se alegrou o meu espírito em Deus, meu Salvador… o Poderoso fez em mim maravilhas e Santo é o seu nomeˮ. Obrigado meu Deus santo, todo poderoso, rico em misericórdia, por ter me criado, por ter me dado o ser e o movimento, por ter me escolhido como sacerdote para o serviço do seu reino apesar das minhas limitações. Segundo a organização da nossa Igreja, os sacerdotes precisam de uma diocese, de uma paróquia para exercitar a sua missão de padre. Portanto, logo após a minha ordenação sacerdotal fui designado pelos meus superiores para iniciar a uma minha missão sacerdotal aqui na diocese de Rio Branco. Desde a minha chegada, sempre fui bem acolhido pelo clero, especialmente pelo dom Joaquin que me trata com muito carinho, e hoje depois do consentimento dos meus superiores hierárquicos, me nomeou, me empossou como pároco aqui da paróquia Imaculada Conceição. Muito obrigado dom Joaquin, pela confiança depositada em mim, especialmente em nosso Instituto São Tiago.

Dom Joaquin, pode contar com as minhas francas colaborações como eu também conto com as suas para o bem da Igreja e de seus fiéis. Saúdo a presença do nosso superior regional, o padre Fricot Milien e lhe agradeço de coração por estar aqui neste dia. A sua presença traduz a atitude de um bom responsável religioso; sempre disposto a escutar a acompanhar os seus confrades nas suas devidas atividades missionárias. Peço-lhe por gentileza, de transmitir também os meus agradecimentos ao padre Paul Dossous, superior geral do nosso instituto, e ao seu conselho geral pela confiança depositada em mim desde seminarista até hoje. Agora me dirijo ao padre Roberto com quem eu convivi durante dois anos e meio na paróquia Imacula Conceição; aquele que me acolheu no momento difícil (pandemia), que me introduziu na missão acreana. Digo-lhe que sou muito grato por essa experiência missionária vivida juntos.

Aprendi do senhor muitas coisas que me servirão para dar continuação a sua nobre missão aqui nesta mesma paróquia. Que o bom Deus restaure a sua saúde física e lhe conceda uma vida longa e santa.“Jesus chamou os doze e começou a enviá-los dois a doisˮ ( Mc 6,7).

Ao padre Damas que é o meu companheiro de missão, muito obrigado por estarmos juntos nessa nobre missão. Peço a Deus a graça de podermos fazer um bom trabalho pastoral de mãos dadas junto aos nossos paroquianos. Pelas intercessões de nossa Senhora Imaculada Conceição, que nossa missão aqui, dê muitos frutos e que os frutos permaneçam.

Os meus agradecimentos são endereçados aos diáconos da paróquia. Obrigado pela sua participação nesta celebração e pela sua missão. O padre Damas e eu, confiamos e contamos sempre com as suas sinceras colaborações para um bom andamento pastoral de nossa paróquia. Aos padres que vieram de outras paróquias, religiosas, seminaristas, obrigado de coração por sua amizade e por seu semso eclesial.

O pessoal da TV diocese, que estão transmitindo a nossa celebração aos confins do mundo, obrigado por esse nobre serviço, Deus lhes pague! Enfim, amados paroquianos da Imaculada conceição, povo lindo e santo de Deus composto de: coordenadores de comunidades e seus membros, de diversos ministérios, coordenação paroquial, serviços pastorais, movimentos, funcionários da paróquia. Sou muito grato por sua participação nesta celebração.

Obrigado pelo seu esforço para estar aqui nesta manhã. Obrigado pelo bom tratamento que nós padres já recebemos de vocês.

Obrigado por estarem contribuindo materialmente e espiritualmente na missão de sua paróquia.

Não quero prometer nada, se não a minha disponibilidade de padre, e peço a Deus a sua graça e a sua benção para que possamos formar uma paróquia unida, acolhedora, evangelizadora, uma paróquia onde cada um se sente responsável pela salvação do outro. Que as intercessões da Virgem Imaculada nos acompanhem sempre! »

Foi uma linda celebração. Agora, o padre Roberto Le Goff está voltando para a região SUDESTE do Brasil onde ele vai iniciar uma nova aventura em Campinas (São Paulo), morando na casa regional dos sacerdotes de São Tiago. A todos eles, desejamos uma bem-sucedida missão.




Praedicate Evangelium

En mars 2022, le Pape François a publié une Nouvelle Constitution sur la Curie Romaine, dont le titre est Praedicate Evangelium.  Cliquez ici pour avoir accès au texte désormais disponible en français.

Un nouveau curé à Imaculada Conceição – Rio Branco

Le Père Lanio, main sur un Evangéliaire, prononce son serment d’engagement et de fidélité, comme curé de la paroisse Imaculada Conceição – dimanche 21 août 2022. Diocèse de Rio Branco – AC | Brésil.

Le dimanche 21 août 2022, lors de la messe célébrée à 19 heures, à Rio Branco – Acre, le Père Lanio Maximin a été installé comme curé de la paroisse de l’Imaculada Conceição. Il succède ainsi au Père Robert le Goff, qui en assumait cette même charge, depuis 2012. L’évêque du diocèse – d’origine espagnole -, Mgr Joaquin Pertiñez était présent à la célébration.

Compte tenu d’une récente chiruregie qu’il a subie, il restait assis tout le temps de la longue et émouvante célébration, laissant la présidence au Père Robert le Goff. Les fidèles étaient nombreux à faire le déplacement, pour vivre une liturgie bien animée, grave et joyeuse.

Désormais, le Père Lanio vient inscrire ses pas dans cette longue tradition de prêtres de Saint-Jacques en mission dans le diocèse de Rio Branco, et comme curé de la paroisse Imaculada Conceição. Le Père Lanio peut compter sur la présence du Père Damas Antoine, en tant que vicaire paroissial.

Notons que le Père Lanio Maximin a fait la deuxième partie de sa formation dans l’Etat du Paraná, et que le Père Damas, jeune prêtre d’origine haïtienne,  a fait sa formation théologique au séminaire du diocèse de Rio Branco et a suivi ses cours de théologie dans la faculté catholique de ce même diocèse.


Nous leur souhaitons une bonne mission.


Historique de la paroisse de l’Imaculada Conceição :
ses différents curés depuis 1955


Créée le 10 mars 1951 par Mgr Júlio Mattioli, évêque de la Prélature de l’Acre et de Purus, la paroisse de l’Imaculada Conceição est érigée sur le lieu de la première chapelle de l’actuel diocèse de Rio Branco. Son premier curé est le Père Peregrino Carneiro de Lima, Frère religieux de la Congrégation Os Servos de Maria. Après quinze longues années de travaux de construction, l’inauguration d’une nouvelle église fut célébrée le 12 mars 1957.

De 1955 à 1977, cette paroisse a été confiée aux soins de prêtres, tous membres de la Congrégation des Servos de Maria.

En Janvier 1978, Mgr Moacyr Grechi, évêque de la Prélature, confia la paroisse Nossa Senhora da Imaculada Conceição aux soins des missionnaires de la Société des Prêtres de Saint-Jacques. Le Père français Joseph Mingam y assuma le premier la charge de curé jusqu’en 1988. Le territoire de la paroisse comprenait alors les régions suivantes : Extrema, Capixaba, Boca do Acre jusqu’à la frontière de l’Amazonie, Kilômetro 90 et une partie du Rio Acre.

Le Père français Robert Le Goff prendra la succession de son compatriote le Père Mingam Joseph. Le territoire de la paroisse avait été déjà réduite depuis la création des paroisses de Senador Guiomar et de l’Extrema, avec le surgissement de nouveaux quartiers comme : Santa Inês, Belo Jardim, Buritizal, Areal. Le Père Robert y restera le curé jusqu’en 1999.

Ensuite, quatre Prêtres de Saint-Jacques, d’origine haïtienne, se verront confier successivement la charge de curé de la paroisse. Il s’agit des Pères : Fresnel Bellune (1999-2006), Paul Dossous (2006-2008), Fricot Milien (2008-2011) et Georgino Rameau (2011).

De retour au Brésil, en 2012, le Père Robert le Goff a été nommé pour une nouvelle fois curé de la paroisse Imaculada Conceição par Mgr Joaquim Pertiñez.

Le Père Lanio reçoit des mains de Mgr Joaquin Pertiñez Fernandez, évêque du diocèse de Rio Branco – AC, la clé du tabernacle de la paroisse de l’Imaculada Conceição, comme signe de sa charge à prendre soin de ses nouveaux paroissiens et paroissiennes – 21 août 2022 – Rio Branco – Ac | Brésil

Aujourd’hui, le jeune Père Lanio Maximin (haïtien) vient d’être nommé et installé comme curé de la paroisse de l’Imaculada Conceição, alors que le Père Robert le Goff y faisait son adieu, en présence de l’évêque du diocèse Mgr Joaquin Pertiñez Fernandez, le Supérieur régional de la Société des Prêtres de Saint-Jacques, le Père Fricot Milien, les Pères Wesly Joseph et Damas Antoine, ainsi que d’autres prêtres et diacres du diocèse.

Baiser fraternel entre l’ancien et le nouveau curé de la paroisse de l’Imaculada Conceição – 21 août 2022.

Avec le Père Lanio Maximin, le Père Damas Antoine est nommé vicaire de la paroisse, qui compte aujourd’hui 18 communautés.

En 2001, la paroisse avait célébré ses 50 ans de fondation.

Nous souhaitons aux nouveaux responsables de la paroisse une mission fructueuse et nous leur assurons de nos prières.

Pour une historique plus fournie de la paroisse de l’Imaculada Conceição de Rio Branco – Ac, cliquez ici. TEXTE EN PORTUGAIS.

Georgino RAMEAU, spsj.

Ordination épiscopale de Monseigneur Maurício da Silva Jardim



Nommé évêque du diocèse de Rondonópolis-Guiratinga, par le Pape Francçois, le 8 juin 2022, Monseigneur Maurício Jardim est né le 09 février 1969. C’est le sixième et dernier fils de Madame Cecy da Silva et de Honório Jardim (décédé). Il est originaire de Sapucaia do Sul, Etat de Rio Grande do Sul. Ordonné prêtre le 11 décembre 1999 en l’église paroissiale de Nossa Senhora de Fátima de Sapucaia do Sul (RS), il est issu du clergé de l’archidiocèse de Porto Alegre.

Parmi les différentes et nombreuses missions qu’il a reçues, notons son passage à la tête des Œuvres Pontificales Missionnaires dont il fut directeur national de 2016 à 2022. Conformément à sa dernière nomination en mars 2021 par le Cardinal Antonio Tagle (préfet de la Congrégation de l’Évangélisation des Peuples), Monseigneur Maurício Jardim fut appelé à remplir la même fonction pour un second mandat de six ans (2021 à 2026). Mais le Pape François, entre temps, aura décidé autrement, changeant ainsi le destin de celui qui a été ordonné évêque, hier 19 août, en l’église de la cathédrale métropolitaine Santa Maria Mãe de Deus, de Porto Alegre, comme évêque de Rondónopolis-Guiratinga, de l’État du Mato Grosso (MT) – centre ouest du Brésil.


 


Les Prêtres de Saint-Jacques, particulièrement ceux en mission au Brésil, sont très proches du nouvel évêque, et sont heureux avec Mgr Maurício Jardim. Celui-ci a accompagné nos missionnaires au Brésil lors des sessions régionales, pour des temps de formation et d’actualisation sur les thèmes de la mission et de l’identité l’Eglise dans le contexte socio-culturel du Brésil. Ces sessions font partie de la formation permanente assurée aux membres de notre Institut, et nous permettent d’actualiser notre vision et notre pratique pastorale missionnaire dans nos diverses missions ecclésiales.




Nous sommes heureux que notre Société ait été représentée par le vice-supérieur régional du Brésil, le Père Othon Etienne, à la célébration d’ordination épiscopale du nouvel évêque, à Porto Alegre. Par cette présence, nous manifestons toute notre reconnaissance à notre frère et ami, Mgr Maurício da Silva Jardim, pour son oui généreux et confiant au Seigneur au cœur de l’Église, mais aussi à Dieu qui donne à Église entière et au diocèse de Rondónopolis-Guiratinga un nouveau pasteur pour conduire son peuple.

 

Nous promettons nos prières communautaires et personnelles pour le nouvel évêque. Nous vous demandons, à vous aussi, de prier pour Mgr Maurício Jardim, pour que la grâce divine soit abondante et constante dans sa vie pour assumer fructueusement sa mission pour la gloire de Dieu et le salut du monde.


Sainte Marie, Mère de Dieu, Priez pour nous.
P. Georgino RAMEAU, spsj.

Message des Évêques Catholiques d’Haïti

Message des Évêques Catholiques d’Haïti


« O Dieu ! Ils ont mis le feu à ton sanctuaire !… Ils ont envahi ton héritage. Ils ont profané ton saint temple, la demeure de ton Nom ! » (Psaumes 74 :7.8 ; 79 : 1).

1. La dégradation générale de la situation du pays nous inquiète de plus en plus comme Pasteurs de ce peuple qui souffre tant. Nous avons tant de fois élevé nos voix pour interpeller chacun et chacune des fils et des filles de la Patrie commune, afin de les alerter et sensibiliser sur les enjeux majeurs de l’heure. La peur a, par ailleurs, plongé les uns dans une profonde léthargie, tandis que les autres ne cessent de se rendre complices des malheurs de notre peuple : corruption, extrême pauvreté, insécurité généralisée, kidnapping, la méfiance interpersonnelle sont les maux auxquels est venue s’ajouter la violence systémique des gangs armés qui se déclarent la guerre ici et là.

2. Le centre-ville de Port-au-Prince est devenu, ces derniers jours, le théâtre de violents affrontements entre bandes armées illégales, causant de nombreuses victimes au sein de la population civile aux abois, en grande détresse. La Police elle-même semble impuissante. Situé au cœur de ces zones d’affrontements, l’édifice de la Cathédrale transitoire de Port-au-Prince a été ce 27 juillet gravement affecté par « un incendie d’origine criminelle » que les services de pompiers ont fort heureusement réussi à circonscrire pour sauver ce lieu sacré. Avec les autorités ecclésiastiques de l’Archidiocèse de Port-au-Prince, nous les remercions de tout cœur.

3. Constatant avec une profonde tristesse et un sentiment intérieur de révolte la dégradation acceptée et largement provoquée de la situation du pays dans sa descente aux enfers, la CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES D’HAÏTI (C.E.H) s’étonne et s’indigne contre l’impuissance de l’autorité de l’État, laissant le champ libre aux gangs lourdement armés pour mettre à exécution en toute impunité tous leurs actes prémédités. Ils kidnappent, séquestrent, cassent, tuent, brûlent, et mettent ainsi en défi les pouvoirs établis qui semblent totalement dépassés par ce qui se passe.

4. Nous nous demandons : pourquoi l’État n’agit-il pas pour sévir avec la rigueur nécessaire dans le cadre de la justice pour mettre les bandits hors d’état de nuire ? Est-il impossible de couper les sources qui fournissent aux groupes et aux individus les armes et les munitions, ou bien cela profite-t-il à des personnes intouchables ? Tandis que les acteurs de violence ne manquent jamais de moyens et sèment quotidiennement la terreur, les agents de la Police nationale semblent généralement en être dépourvus et ne peuvent exercer leur mission de manière efficace.

5. Il devient impossible d’investir et de s’investir en toute sérénité dans un pareil climat d’insécurité généralisée. Aussi constatons-nous avec inquiétude une augmentation considérable du nombre de ceux et celles qui fuient le pays, en particulier des jeunes qui, ne sachant plus à quel saint se vouer et vivant une grande instabilité, ne voient de salut qu’ailleurs. Aujourd’hui, plus que jamais, il nous faut regarder en profondeur la crise qui mine depuis si longtemps notre vie de peuple et y trouver des éléments efficaces de solutions.

6. L’État de droit a connu un moment de grande déception ; toutes les institutions régaliennes sont dysfonctionnelles. Les zones de non-droit prolifèrent et la violence a tendance à être récurrente et systématique. Tombant dans les sphères où règnent les gangs, ces endroits échappent totalement au contrôle de la puissance publique et mettent à mal le principe de l’indivisibilité du territoire consacré par la Loi mère (cf. Constitution de 1987, amendée, art. 1er). Les acteurs et promoteurs de violence recrutent et arment incessamment et la Police s’affaiblit de jour en jour. Les voies de sortie de la Capitale sont presque toutes bloquées, les gangs armés sont en guerre partout. Cet état de fait met en péril le pays et l’activité de tous, à l’exception des acteurs de violence eux-mêmes. Il nous faut restaurer l’autorité de l’État pour faire souffler sur le pays un air de renouveau et de paix.

7. Nous unissons nos voix à celles de tous ceux et celles qui souffrent de cette situation et qui aspirent à la sécurité et à la paix, pour exiger une action immédiate de la part des autorités qui ont la charge de l’état et du bien-être des citoyens. Car, il est urgent de travailler dans le meilleur des délais pour le désarmement des gangs, pour permettre à la Police nationale de mener en toute liberté et avec égal traitement ses opérations à l’encontre des acteurs de violence armés ou d’insécurité et de créer un climat de sérénité et de confiance. Il faut, entre autres, empêcher le passage par les frontières et l’entrée des munitions dans le pays, arrêter et juger les auteurs matériels, les commanditaires et les promoteurs des actes qui enfreignent la loi. Nous devons tous nous rappeler ici, à la suite d’Edmund Burke, que « la seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des gens de bien… ».

8. Nous invitons tous et chacun, hommes et femmes d’affaires, hommes et femmes politiques et d’État, ainsi que les membres de la Société civile à travailler en synergie pour combattre le fléau de l’insécurité sous toutes ses formes. Nous contribuerons ainsi au changement espéré de tous. Nous ne pouvons plus continuer à vivre comme de potentielles victimes du banditisme qui règne dans le pays, ni accepter la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui comme si elle était normale. Il est déjà venu le temps de nous réveiller de notre torpeur, pour dire de toutes nos forces : Non à l’insécurité ! Non au kidnapping ! Non à la légalisation, par la complicité, de l’activité des gangs armés ! Non à tout projet d’anéantissement de l’État visant à faciliter un quelconque agenda à l’encontre de ce peuple à qui cette terre est léguée !

9. Attaquer les institutions qui empêchent de faire sauter les derniers verrous dans la Cité est un procédé dont le seul objectif est de rendre le pays plus vulnérable et servile. L’Église catholique, à tous ses échelons, proteste contre ces attaques ignobles et choquantes qui ont affecté ou touché la Cathédrale transitoire de Port-au-Prince et qui nous attristent profondément. La CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES D’HAÏTI s’unit aux autorités ecclésiastiques et au clergé de l’Archidiocèse de Port-au-Prince pour dénoncer cet acte malveillant. Nous invitons toutes les personnes physiques et morales, victimes de cette situation de violence et d’insécurité, à faire de même tout en s’engageant concrètement pour faire advenir le dialogue dans ce pays la Justice et la Paix.

10. À ce point tragique dans l’histoire de notre cher pays, nous avons particulièrement besoin de prier pour solliciter l’intervention toute-puissante de Dieu et l’intercession maternelle de la Bienheureuse Vierge Marie, Notre-Dame du Perpétuel Secours. Nous appelons donc tous les fidèles à une prière incessante et confiante au Seigneur pour la libération d’Haïti.

Donné, à Lillavois, au siège de la C.E.H., le 29 Juillet 2022, mémoire des Saintes Marthe, Marie et Saint Lazare.

Suivent les signatures des Évêques

Cliquez ici pour trouver le texte orginal signé

Incendie – Cathédrale de Port-au-Prince

Note d’information


Un incendie criminel a éclaté ce matin à la cathédrale de Port-au-Prince. Le clergé de la paroisse a constaté la montée des flammes aux environs de 10h et en a informé les autorités de la curie qui ont appelé immédiatement à l’aide la Police et les Pompiers. Devant la violence des tirs des gangs en guerre depuis des jours au bas de la ville, les pompiers ont dû faire machine arrière dans un premier temps avant de pouvoir atteindre dans un second temps la cathédrale pour éteindre le feu.

Suivant les constats des pompiers, les auteurs de l’incendie ont cassé une partie du mur de la façade de l’édifice avant d’y mettre le feu qui a pris dans les portails avant, et les portes latérales vers la rue saint Laurent. Les femmes qui ont brulé quelques bancs, ont atteint également une partie du plafond et du plancher de l’église.

L’Archevêché de Port-au-Prince remercie tous ceux qui ont manifesté leur proximité à l’endroit du clergé de la cathédrale, ainsi que les forces de police et les pompiers qui nous ont aidé à sauver l’édifice de la cathédrale transitoire. Nous attendons des autorités une enquête sérieuse afin de retrouver et punir les auteurs de cet incendie.

Que la Vierge Marie, Notre Dame de l’Assomption, intercède pour le peuple d’Haïti et pour la paix dans notre pays.

 

Donné à l’Archevêché de Port-au-Prince, le 27 juillet 2022
En la fête des Saints martyrs de Cordoue.

Marc Henry Siméon
Responsable du Service de Communication
De l’Archidiocèse de Port-au-Prince.

 









 

Vincent Sénéchal devient le supérieur général des MEP

P Vincent Sénéchal – Supérieur général des MEP (crédit MEP)

Après en avoir assuré la charge par interim durant une année, le Père Vincent Sénéchal vient être élu Supérieur général de la Société des Missions Etrangères de Paris pour six ans.

 


Père Etienne Frecon – Vicaire Général (crédit MEP)

Le Père Etienne Frécon est élu, lui aussi pour six ans, Vicaire général des MEP, après en avoir assuré la charge par interim, suite à la nomination du Père Gilles Reithinger – ancien Supérieur général des MEP – évêque auxilaire du diocèse de Strasbourg par le Pape François.


Nous confions à vos prières les Pères Vincent Sénéchal et Etienne Frécon, et nous leur présentons nos félicitations pour toute la confiance placée en eux, et nous les remercions d’avoir accepté cette mission dont ils sont conscients de l’importance et des exigences.

P. Georgino RAMEAU, spsj.

Contre l’insécurité en Haïti

ARCHEVECHE DE PORT-AU-PRINCE

6, rue Saint-Laurent,
B.P. : 538, HT 6110
Port-au-Prince, Haïti (VI.)

Service officiel


Message de l’Archevêque de Port-au-Prince

  1. Attentif aux cris des hommes et des femmes qui subissent le poids de la situation sociopolitique et économique catastrophique du pays, l’Archevêque de Port-au-Prince élève haut sa voix en communion avec tous les prêtres, les religieux, l’ensemble des fidèles et toutes les personnes de bonne volonté, pour exprimer son indignation et sa protestation face à l’ampleur de la violence des gangs armés, particulièrement ce qui se passe à Cité Soleil.

Une fois de plus, nous nous sentons interpellés et nous sommes inquiets quant à l’avenir du pays. Nous en appelons à la conscience humaine, chrétienne et patriotique des uns et des autres, en particulier à la responsabilité des autorités de l’État pour qu’elles s’élèvent à la hauteur de leur tâche. Nous en appelons également à la conscience responsable des membres des représentations diplomatiques pour que la clameur de ce peuple meurtri ne les laisse point indifférents.

  1. Dans un pays déjà marqué par tant de misères et de souffrances, la violence et l’insécurité deviennent le lot quotidien des gens. En plus des cas d’enlèvements avec demande d’énormes rançons, les bandits armés décident parfois de s’affronter pour l’occupation de territoires, causant de nombreuses victimes au sein de la population civile.

Le vendredi 8 juillet, de très tôt, des gangs lourdement armés, opérant dans la Capitale en toute impunité, ont attaqué plusieurs quartiers de Cité Soleil. Les témoignages recueillis attestent de la terreur que ces bandits ont semée dans ces quartiers. Les corps des individus tués au cours des affrontements sont abandonnés dans les rues et les habitants respirent encore l’odeur des morts.

À certains endroits, les belligérants empêchent le fonctionnement des institutions qui fournissent des services essentiels à la population. Ils utilisent des engins lourds pour démolir des maisons de certains habitants. Cité Soleil est à feu et à sang. Où est le Gouvernement ? Où sont les responsables de la Justice et de la Sécurité publique ?

L’insécurité est en train de gangréner la région métropolitaine. De la Croix-des-Bouquets à Canaan, de Torcel à Pernier, de Cité-Soleil à Martissant, de Frères à Laboule 12, la liberté de circulation, le droit à la vie et le droit d’accès aux services fondamentaux sont quotidiennement violés.

Les bandits, quant à eux, semblent Jouir d’une liberté sans borne. Ils tiennent des réunions pour préparer leurs attaques. Pire encore, les réseaux sociaux leur offrent une large audience auprès du public dans le mépris le plus absolu de la souffrance et du droit des victimes d’obtenir justice et réparation.

  1. Quand va-t-on arrêter ces violences, ces tueries ? Qui freinera la montée au calvaire du peuple haïtien ? En quoi consiste la proximité des pays dits amis d’Haïti ? À quoi servent les diverses rencontres internationales sur la situation d’Haïti ?

D’où proviennent ces armes et ces munitions qui alimentent l’activité des gangs dans le pays ? Comment peuvent-elles aussi facilement passer les contrôles douaniers et être acheminées à leurs destinataires ? À qui profite cette violence qui risque d’anéantir notre avenir de peuple ? Comment, dans ce contexte, restaurer l’autorité de l’État ? Ce sont des questions vitales qui attendent une réponse dans les différentes interventions des membres du gouvernement.

Le peuple est en droit d’attendre une action immédiate de la part des Forces de l’ordre pour le désarmement des bandes illégales, peu importe leur appui politique ou économique.

  1. La mémoire de ceux qui sont tués à Cité Soleil et partout dans le pays, les souffrances de ceux qui portent les cicatrices des actes criminels et du kidnapping, la misère des plus pauvres, doivent nous porter à trouver un consensus raisonnable pour sortir de cette situation. Notre histoire et notre dignité doivent infuser « en nous le courage de la paix, la force de persévérer dans le dialogue à tout prix, la patience de tisser jour après jour la trame toujours plus solide d’une cohabitation respectueuse et pacifique, pour la gloire de Dieu et le bien de tous  » pour répéter le Pape François. (Invocation pour la paix).
  2. Signe d’espérance, au milieu d’un peuple meurtri, l’Église dit aux tueurs : « Arrêtez le massacre ! » Elle élève vers Dieu ses cris en prières pour tant de vies brisées et tant d’espoirs déçus.

Que la Vierge Marie, Notre-Dame du Perpétuel Secours nous assiste de sa présence maternelle et intercède pour nous !

Visite du Supérieur général à Haïti

Visite du Supérieur général à Haïti,
juin 2022


La réalité sécuritaire du pays invite à une grande prudence. Les nombreux cas de personnes victimes de l’insécurité qui continue de frapper Haïti ont amené les Responsables de l’Institut à supprimer ou à reporter des voyages envisagés longtemps à l’avance. Mais, certaines réalités et certaines urgences ont rendu nécessaire de prendre des risques. C’est dans ce contexte que le Supérieur général, le Père Paul DESSOUS a effectué un voyage de deux semaines à la Région sociétaire Haïti. Conformément aux objectifs fixés, son séjour était organisé pour rencontrer les séminaristes, les Prêtres de Saint-Jacques et différents partenaires, dont des évêques.

Aussi le Père Paul DESSOUS n’allait-il pas tarder à se mettre au travail, une fois rendu à destination, pour animer deux sessions : l’une avec les séminaristes de Saint-Jacques, et l’autre avec les confrères. Il a pu réaliser ces deux rencontres sans difficulté particulière.

Avec ses rencontres avec d’autres autorités et personnalités locales, le Supérieur général a pu faire le point sur l’état de la Région et de la mission des Pères. Il a su évaluer l’avancement des séminaristes qu’il a dument rencontrés. Sa rencontre avec l’équipe des formateurs lui aura permis de mieux saisir les enjeux actuels de la formation des futurs prêtres de Saint-Jacques dans un contexte socio-politique instable et incertain.

Le Père Paul DOSSOUS a été en admiration devant la forte résilience de la population qui, contre vents et marrées, continue de vaquer à ses activités. Il pouvait avoir l’impression à certains moments que le pays avait retrouvé de la stabilité. Mais, rien, de fait, ne lui conduisait à ignorer la réalité critique que connaît le pays en matière de crise économique, politique et sociale. Au train où vont les choses, un retour à la normale au niveau de la gouvernance du pays ne semble pas s’annoncer pour tout de suite. Cette forte incertitude politique n’arrange en rien le sort de l’ensemble de la population, des plus pauvres et des plus vulnérables en particulier, qui doivent encore faire face aux aléas climatiques.

Avec le retour du Supérieur général en France, nous avons été heureux de recevoir les bonnes nouvelles des confrères, pleins de courage et déterminés à poursuivre leur mission au cœur de l’Église et auprès de la population. Heureux de les savoir au travail pour aider par tous les moyens à rêver, à faire naître l’espérance, et s’impliquer avec d’autres à envisager et à construire un avenir meilleur pour tous.

Nous confions à vos prières Haïti, nos confrères prêtres de la Société et de l’Église locale en général, nos séminaristes et tous leurs formateurs, et tout le peuple haïtien. Nous remercions le Seigneur de ce que tout se soit bien passé lors de la visite du Père Paul DOSSOUS à Haïti.

Père Georgino RAMEAU, spsj

« Older posts
Translate »