Missionnaires en Haïti, au Brésil et en France

Catégorie : Infos Sociétaires (Page 1 of 15)

Action de Grâce – Prière


Messe d’action de grâce à Landivisiau

Prière universelle


Mgr Dognin (Introduction)

Dans le prolongement de la neuvaine de prière réalisée en lien avec les Prêtres de Saint-Jacques, continuons à implorer le Seigneur pour notre monde, confronté aux souffrances diverses et à nombre de défis à relever.

Refrain : Par Jésus Christ, ton serviteur, nous te prions, Seigneur !

  1. Seigneur, nous te prions pour ton Église, répandue à travers le monde, pleinement solidaire des hommes et des femmes, dont, en particulier, ceux et celles qui souffrent et qui peinent sur le chemin de la vie. Nous te confions les responsables d’Église en France, en Haïti, au Brésil et au Canada, qui se sont mobilisés en faveur des personnes enlevées, dans un esprit de communion fraternelle et ecclésiale. Seigneur, nous t’en prions.
  2. Seigneur regarde tes enfants d’Haïti, traumatisés, tant de fois, par des politiques inhumaines, des fléaux et calamités de la nature, et éprouvés, aujourd’hui, par un délétère climat d’insécurité. Que l’Esprit Saint, que tu as promis à tes disciples, descende sur ce peuple bien aimé, et donne à Haïti de connaître une nouvelle pentecôte ! Nous t’en prions !
  3. Seigneur, tu nous as donné des frères et des sœurs à aimer. Renforce et bénis la fraternité qui se vit entre la Congrégation des Sœurs de la Providence de la Pommeraye, la Société des Prêtres de Saint Jacques et le diocèse de Quimper et Léon. Réveille notre ardeur missionnaire, Toi, Notre sauveur, qui daignes avoir besoin de nos cœurs, de nos bras, de nos pieds, et de nos esprits libres pour porter ta Parole de Vie au cœur du monde ! Nous t’en prions !
  4. L’épreuve de l’enlèvement a particulièrement touché la Société des Prêtres de Saint-Jacques, les Sœurs de la Providence de la Pommeraye, les Petites Sœurs de Sainte Thérèse, et la famille biologique du Père Jean-Anel. Seigneur, nous t’en prions, bénis ces trois Instituts et renforce leur fidélité dans la mission auprès des pauvres et dans le service des communautés chrétiennes des pays où ils sont présents. Nous t’en prions.
  5. Seigneur, nous te confions les personnes quotidiennement victimes de la violence, en Haïti et à travers le monde. Qu’elles trouvent soutien et accompagnement au sortir de leurs épreuves. Nous t’en prions.
  6. Seigneur, nous te confions le mouvement de prière et de solidarité qui a vu le jour à la suite de l’enlèvement de nos frères et sœurs en Haïti. Qu’il continue de soutenir particulièrement l’œuvre d’évangélisation poursuivie par l’Église de notre diocèse de Quimper et Léon, et de toute l’Église en France. Nous t’en prions.

Mgr Dognin (Conclusion)

 Seigneur, accueille notre prière et soutiens les efforts de nos églises, de nos communautés pour favoriser l’avènement d’un monde de justice et paix. Nous te le demandons, par Jésus le Christ, notre Seigneur. Amen.

Action de grâce – homélie

MESS D’ACTION DE GRÂCE
pour la libération des otages en Haïti


 HOMÉLIE

Donnée par le Père Paul Dossous,
Supérieur général de la Société des Prêtres de Saint-Jacques

(Textes bibliques : Ac 15, 7-21 ; Ps 95/96 ; Jn 15, 9-11)


 

Monseigneur Laurent Dognin,
évêque du diocèse de Quimper & Léon,

Sœur Mariannick Caniou,
Supérieure générale des Sœurs de la Providence de la Pommeraye,

Chers confrères Prêtres,

Chers frères et sœurs,

 

« Racontez à tous les peuples les merveilles du Seigneur ! »

Ce refrain que nous venons de chanter pour accompagner le psaume responsorial est totalement adapté à l’action liturgique de ce jour. Il correspond également aux sentiments de reconnaissance et d’action de grâces qui habitent en ce moment, tous mes confrères Prêtres de Saint-Jacques, toutes mes sœurs de la Providence de la Pommeraye ainsi que moi-même.

Ce sentiment est partagé, j’en suis convaincu, par l’Église entière. Je pense aux églises locales, en Haïti, en France, au Brésil, au Canada et ailleurs. Cette reconnaissance est celle aussi de la province ecclésiastique de Rennes, et de notre diocèse de Quimper et Léon par laquelle nous étions particulièrement portés et soutenus. La neuvaine qui a associé tous les fidèles des 9 diocèses de notre Province ecclésiastique s’est clôturée par une explosion d’une joie immense, débordante et, comme dirait un confrère à Saint-Jacques, par des alléluias à volonté !

En effet, nos douleurs, nous souffrances, nos inquiétudes, nos combats et notre espérance ont été partagées et portés par une multitude de frères et de sœurs, au-delà des frontières des États et des pays. Notre commune foi chrétienne nous a constitués une famille unie et solidaire. Aussi, l’invitation du psalmiste entendue au cours de cette célébration est-elle tout à fait appropriée à la reconnaissance que nous tenons à manifester aujourd’hui vis-à-vis de Dieu, de son Église, de nos communautés religieuses et paroissiales, et de chacun et chacune de vous.

« Dieu est intervenu, nous dit l’apôtre saint Jacques, pour prendre parmi les nations un peuple qui soit à son nom » (Ac 15, 7-21). Corps du Christ, l’Église du Seigneur, ce peuple de Dieu a répondu présent un peu partout dans le monde, pour faire monter sa prière au Dieu seul capable de sauver. Ici et là, nos frères et sœurs se sont mis à prier, pour soutenir nos frères et sœurs, alors entre les mains de leurs ravisseurs. Ils se sont montrés présents pour appuyer les responsables de la Société des Prêtres de Saint-Jacques dans leurs efforts pour obtenir la libération des otages, et pour éveiller la conscience de l’humanité sur l’enjeu de la liberté et de la dignité pour tout être humain, à promouvoir et à protéger, en tout temps et en tout lieu.

Elle n’est pas anodine, cette force de mobilisation chrétienne. J’en suis convaincu. Car dans le kidnapping de nos dix frères et sœurs en Haïti, l’Église universelle a été victime, elle-même, dans les membres de son corps, dont quatre prêtres missionnaires de Saint-Jacques, un prêtre de l’archidiocèse du Cap-Haïtien, deux religieuses (des Sœurs de la Providence de la Pommeraye et des Petites Sœurs de Sainte Thérèse) et trois baptisés laïcs. Ils étaient tous ensemble ce dimanche 11 avril, en chemin, dans le service du Seigneur. Privés de leur liberté de mouvement durant 20 longs jours, ils ont su mettre à profit ce temps d’épreuve pour témoigner de l’Évangile, et révéler le visage de l’Église : une, sainte, catholique et apostolique

Oh ! Merveille ! Le Seigneur a fait pour nous des merveilles ! Merveille de la fraternité universelle ! Merveille du salut que seul Jésus nous octroie. Merveille d’une libération inespérée, miraculeuse ! Merveille de solidarité et de générosité ! Merveille de la communion ecclésiale et humaine ! Merveille de l’espérance plus forte que tout. Merveille de l’amour. Un amour vrai qui pacifie et qui pardonne, un amour authentique qui guérit et qui réconcilie. L’amour qui accepte tout, qui comprend tout !

Demeurant dans l’amour du Christ, nous avons prié en effet, pour demander la conversion des ravisseurs. Portés par l’Amour du Seigneur, nous avons supplié Dieu pour les autorités haïtiennes, et nous avons remis entre les mains du Seigneur, le peuple haïtien et chacun de ses habitants.

La grandeur et la dignité du chrétien se sont manifestées dans la confiance placée en Dieu et dans l’Église du Christ par nos confrères et nos sœurs, alors même qu’ils étaient encore gardés en captivité. Merveille du témoignage donné au jour le jour, où nos frères et sœurs éprouvés sont restés en communion avec nous, par la pensée et la prière. Comme a dit un confrère prêtre du diocèse d’Angers : « Ils étaient privés de l’Eucharistie, mais pas de la communion ».

Oui ! Merveille de leur regard plein de bienveillance pour leurs ravisseurs ! Merveille de la mission d’évangélisation qu’ils ont poursuivie en annonçant le Christ à ceux qui étaient en train de leur faire du mal, en leur privant de leur liberté, et en bafouant leur dignité ! Habités par le regard de Jésus et par la puissance de l’Esprit-Saint, ils ont su découvrir la soif de beauté et la faim de bonté enfouies dans ces hommes esclaves de la violence qu’ils perpétuent. L’un d’entre eux n’aurait-il pas demandé aux religieux de prier pour lui !… Oh ! Merveille de l’espérance !

Devant tant de merveilles que Dieu accomplit parmi nous, par nous et pour nous, un merci jaillit du plus profond de notre cœur ! Un merci sans fin. Merci à Dieu ! Merci à son Église présente partout dans le monde. Merci à la Province ecclésiastique de Rennes et à tous les diocèses de France. Merci à l’Église présente dans les dix diocèses d’Haïti. Merci à nos évêques, nos prêtres, nos religieuses et nos religieux, à nos fidèles. Merci pour les prières communautaires et personnelles ! Merci pour cette belle qualité de présence des proches et des amis autour de nous. Merci pour les pensées positives des hommes et des femmes de bonne volonté, qui ne se réclament d’aucune religion ou d’aucune foi. Merci ! oui, merci !

Que Notre Dame du Perpétuel-Secours, Patronne d’Haïti et de notre Société de Saint-Jacques soit remerciée d’avoir été à nos côtés et d’avoir intercédé pour nous auprès de son Fils Jésus.

Vous permettrez que je termine par une confidence et une indiscrétion. Pendant ces 20 longs jours d’angoisses et d’incertitudes, nous avons découvert, senti et expérimenté combien vous aimez les Prêtres de Saint-Jacques ! Je veux aussi vous dire au nom de tous mes confrères que, nous aussi, nous vous aimons beaucoup. Votre soutien inconditionnel et sans faille renforce notre détermination ainsi que notre conviction à nous donner totalement au service de l’Évangile, de la Mission de l’Église et du service de nos sœurs et frères.

 « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous,
et que votre joie soit parfaite
. », nous dit Jésus Ressuscité !


Messe célébrée en l’église paroissiale de Saint Tiviziau, à Landivisiau, présidée par Mgr Laurent Dognin, évêque de Quimper & Léon, le jeudi 6 mai 2021.

Messe d’Action de Grâce – Landivisiau

Messe d’action de grâce pour les Prêtres de Saint-Jacques et de prière pour l’Église en Haïti et le peuple haïtien


Du 11 au 30 avril 2021, la Société des Prêtres de Saint-Jacques a fait la dure expérience de l’enlèvement de quelques-uns de ses membres par un groupe de bandits armés. Quatre prêtres de Saint-Jacques, deux religieuses, et trois parents du Père Jean Anel Joseph (spsj) ont été privés de leur liberté, tandis que des menaces d’une issue malheureuse était à craindre.

Cette révoltante nouvelle a suscité un réel élan de solidarité et de fraternité ici et là, à travers le monde, dont nous sommes très reconnaissants. Répondant à l’appel de soutien spirituel lancé par les Responsables de notre Institut missionnaire, dont le siège se trouve en Guiclan, les évêques de la Province ecclésiastique de Rennes ont invité les chrétiens catholiques à une neuvaine de prière pour obtenir la libération de nos frères et sœurs. Au dernier jour de la neuvaine, soit le 30 avril 2021, nos prières ont été exaucées.

À l’initiative de Mgr Laurent Dognin, évêque du diocèse de Quimper et Léon, et de la Société des Prêtres de Saint-Jacques, une messe d’action de grâce sera célébrée en l’église paroissiale de Landivisiau, le jeudi 6 mai 2021, à 17 heures. Tous ceux et toutes celles qui le peuvent sont invités à se joindre à nous pour dire merci au Seigneur pour cette libération ainsi obtenue. Nous y prierons également pour l’Église en Haïti et pour le peuple haïtien.

Rappelons qu’Haïti vit aujourd’hui encore une grave crise que l’insécurité vient compliquer en ajoutant inquiétudes, morts, deuil et pleurs dans toutes les familles, sans épargner personne.

Un grand merci à toutes les personnes qui nous ont soutenus dans cette épreuve. Pour elles aussi, cette messe sera célébrée pour remercier le Seigneur et lui demander de les bénir.

 

Lieu de l’évènement

Adresse : Église de Landivisiau, 
7 Rue Albert de Mun,
29400 Landivisiau

Père Georgino Rameau, spsj
Secrétaire général et chargé de communications pour la Société des Prêtres de Saint-Jacques.

Messe d’action de grâces – Port-au-Prince


Très chers amis, très chères amies de la Société des Prêtres de Saint-Jacques. Nous sommes heureux de pouvoir revenir vers vous, pour vous remercier d’avoir été à nos côtés tout particulièrement durant les 20 jours où dix frères et sœurs, dont quatre Prêtres de notre Institut ont été pris en otage. Par vos messages de soutien et vos prières notre foi a été fortifiée. Chargés d’obtenir la libération des nôtres, nos Prêtres en responsabilité en Haïti ainsi que les différentes institutions religieuses, diplomatiques et étatiques ont sans doute été illuminés par la puissance de votre foi ou de votre solidarité. Nous tenons à vous en remercier.



Hier dimanche, sous la Présidence de Mgr Max Leroy Mésidor – dont nous sommes infiniment reconnaissants – une messe a été célébrée dans les locaux de notre Maison Régionale à Port-au-Prince. Y ont participé à côté des séminaristes, des Prêtres et des amis de Saint-Jacques, les Pères Evens Joseph, Jean Nicaisse Milien, Michel Briand, Joël Thomas, Hugues Baptiste et Sœur Agnès Bordeau. Ceux-ci ont été libérés le vendredi 30 avril dernier.


Magnificat ! Merci, Dieu bon !


Suivent quelques photos de l’ambiance de fête et de reconnaissance qui était celle de la célébration eucharistique et du repas fraternel partagé avec les convives, des proches de la Société des Prêtres de Saint-Jacques et de la famille du Père Jean-Anel Joseph, spsj.


Père Georgino RAMEAU, spsj
Secrétaire Général, Société des Prêtres de Saint-Jacques.

18 jours, toujours séquestrés !

Note de Presse n° 12


Ce mercredi 28 avril 2021, nous comptons dix-huit jours depuis que des ravisseurs maintiennent séquestrés les Pères Evens Joseph, Michel Briand, Jean Nicaisse Milien, Joël Thomas (Société des Prêtres de Saint-Jacques) ; Sœur Angès Bordeau, (Sœurs de la Providence de la Pommeraye) ; monsieur Welder Joly, parent du Père Jean Anel Joseph, spsj.

Ils étaient dix quand ils ont été interceptés par des bandits sur la route de Ganthier, dans la commune de la Croix des Bouquets. Ils se rendaient à un office religieux, où le Père Jean Anel Joseph devait être installé comme curé de la Paroisse Notre Dame de l’Assomption de Galette Chambon. Quatre d’entre eux ont pu être libérés, d’il y a quelques jours. Nous luttons avec toutes les personnes et les institutions qui nous soutiennent pour obtenir leur libération le plus tôt que possible.

Merci de continuer à nous accompagner chacun à sa manière, tout particulièrement par la pensée et la prière.

Merci de prier avec nous la neuvaine de prière proposée par la Province Ecclésiastique de Rennes, pour soutenir nos efforts et la foi de nos frères et sœurs éprouvées par cette révoltante situation.

Que Notre Dame du Perpétuel-Secours, Patronne d’Haïti et de notre Institut Missionnaire, intercède pour nous.

Nous vous en remercions.


Télécharger la neuvaine ici


Père Georgino RAMEAU
Secrétaire Général de la Société des Prêtres de Saint-Jacques

Nos frères et sœurs entre les mains des ravisseurs

Note de Presse n° 9


Aujourd’hui, 25 avril 2021, nous prions pour les Vocations tout en contemplant le visage de notre Seigneur Jésus, le Bon Pasteur.

Nous sommes au quinzième jour de la prise d’otage de nos frères et sœurs, dont quatre Prêtres de notre Institut missionnaire : les Pères Evens Joseph, Michel Briand, Jean Nicaisse Milien, Joël Thomas ; une religieuse de la Congrégation des Sœurs de la Providence de la Pommeraye : Sœur Angès Bordeau ; et un membre de la famille du Père Jean Anel Joseph, Prêtre de Saint-Jacques, monsieur Welder Joly. Ils sont toujours entre les mains des ravisseurs.

Nous continuons la neuvaine de prière proposée par la Province Ecclésiastique de Rennes en solidarité avec notre Institut Missionnaire et l’Église en Haïti, pour obtenir la libération des otages.

Nous prions aussi pour nos équipes en Haïti, pour les Responsables de l’Église en Haïti, ainsi que pour toutes les autorités haïtiennes et françaises engagées avec nous pour trouver une issue heureuse à la séquestration de nos frères et sœurs.

Que Notre Dame du Perpétuel-Secours, Patronne d’Haïti et de notre Institut Missionnaire, intercède pour nous.

Nous vous en remercions.


Télécharger la neuvaine ici

Père Georgino RAMEAU
Secrétaire Général de la Société des Prêtres de Saint-Jacques

Communication de la Conférence des Évêques Catholiques d’Haïti


Communication de la Conférence des Évêques Catholiques d’Haïti

 

Frères et sœurs,

La Conférence des Évêques Catholiques d’Haïti, à travers son Secrétariat Permanent, vous salue dans la joie de Pâque et avec espérance.

Comme vous le savez, à l’instar de nombreux secteurs du pays, l’Église est victime du problème du kidnapping. Depuis quinze (15) jours, nos frères et sœurs ont été kidnappés alors qu’ils se déplaçaient pour servir le Seigneur. Tout le monde souffre de ce qui arrive au pays, et l’Église tout particulièrement.

La Conférence des Évêques adresse ses remerciements aux personnes de tous les secteurs du pays qui se joignent à l’Église pour réclamer la libération de nos frères et sœurs. Quatre d’entre eux ont déjà obtenu leur libération, et nous continuons à demander celle de toutes les personnes retenues en otage. De la même manière, les Évêques demandent :

  1. À toutes des institutions catholiques de reprendre leurs activités ordinaires.
  2. À midi, à l’heure où les cloches sonnent dans les églises, d’observer un arrêt de travail pour prier, en pensant aux personnes kidnappées.
  3. De maintenir le flambeau de la prière jusqu’à l’obtention du changement effectif dont le pays a besoin.
  4. De continuer de rester en communion avec l’Église et de suivre toutes les orientations des évêques dans les jours à venir.

Confiant notre cause à Notre Dame du Perpétuel, notre Mère, nous demandons à Jésus, le Bon Pasteur, de veiller sur nous, de nous guider, de nous délivrer. Que le Dieu de la vie nous bénisse.

Secrétariat Permanent de la CEH.


Reçu le Dimanche 25 avril 2021


Traduction, Père Georgino RAMEAU, spsj,
Secrétaire Général, Société des Prêtres de Saint-Jacques

Six des nôtres toujours kidnappés

Note de Presse n° 8


Aujourd’hui, 24 avril 2021, nous sommes au quatorzième jour de la prise d’otage où sont encore retenus quatre Prêtres de notre Institut missionnaire : les Pères Evens Joseph, Michel Briand, Jean Nicaisse Milien, Joël Thomas ; une religieuse de la Congrégation des Sœurs de la Providence de la Pommeraye : Sœur Angès Bordeau ; et un membre de la famille du Père Jean Anel Joseph, Prêtre de Saint-Jacques.

Ils sont actuellement six (6) toujours entre les mains des ravisseurs.

Rappelons que quatre (4) ont recouvrer leur liberté, du groupe des dix frères et sœurs kidnappés le dimanche 11 avril dernier, sur la route de Ganthier, dans la périphérie de Port-au-Prince.

Nous continuons donc notre neuvaine de prière proposée par la Province Ecclésiastique de Rennes en solidarité avec notre Institut Missionnaire et l’Église en Haïti, pour obtenir la libération des otages.

Nous prions aussi pour nos équipes en Haïti ainsi que pour toutes les autorités haïtiennes et françaises engagées avec nous pour trouver une issue heureuse à la séquestration de nos frères et sœurs.

Que Notre Dame du Perpétuel-Secours, Patronne d’Haïti et de notre Institut Missionnaire, intercède pour nous.

Nous vous en remercions.

Père Georgino RAMEAU
Secrétaire Général de la Société des Prêtres de Saint-Jacques

Message Mgr Max Leroy Mésidor – Port-au-Prince


 Message de Monseigneur Max Leroy MESIDOR, Archevêque de Port-au-Prince, sur la situation actuelle.

Frères et Sœurs, avec tous les évêques, uni à toute l’Église, je tiens à lancer un grand cri pour réclamer la libération des cinq Prêtres, des deux Religieuses et des parents du Père Jean Anel Joseph curé de Galette Chambon, encore entre les mains des ravisseurs.

Je demande aux personnes qui retiennent contre leur gré nos frères et sœurs depuis maintenant douze jours, de les relâcher.

C’est en se rendant à l’installation d’un prêtre dans votre zone que vous les aviez interceptés. Ils étaient en train de faire le travail que leur confie l’Église. Et le prêtre, dans la paroisse, travaille pour vous. L’Église a construit des écoles dans la zone au bénéfice de la population, pour vos enfants et pour vos familles. Quel est votre intérêt dans un tel acte posé par vous ? Pour quelles raisons retenez-vous ces personnes durant tout ce temps ? Qui a-t-il de grand dans votre action ? Retenir des Prêtres, des Religieuses, une demoiselle et un Père de famille durant tout ce temps, en quoi cela vous aidera-t-il à avancer ? S’il y a quelque chose qui vous fait souffrir, ces personnes n’en sont pas responsables. Montrez que vous pouvez avoir un cœur sensible. Vous, les ravisseurs, montrez que vous avez en vous de l’humanité. Parce que, un jour, vous pourrez avoir besoin que l’on vous montre de la miséricorde.

Au nom de Dieu qui nous a tous créés, au nom du droit de chacun à vivre libre, je vous dis, à vous les ravisseurs, de tout mon cœur, libérez les otages. Libérez-les. Ils en sont fatigués. Libérez-les, car ils n’en peuvent plus. Libérez-les, parce que tout le monde est fatigué par ces agissements qui sont les vôtres.

Je demande à toutes les autorités, dont la mission est d’établir la paix et de garantir à tous des conditions pour pouvoir mener une vie paisible dans le pays, sans inquiétude, d’agir avec beaucoup d’adresse et en toute urgence, pour obtenir aux personnes kidnappées leur libération, et que tout un chacun puisse vivre en paix et connaître un soulagement.

C’est le devoir de l’État de garantir la libre circulation des personnes à travers le pays. L’État doit prendre ses responsabilités.  La situation est très grave. La situation est urgente. Autorités de l’État, remuez-vous !

À vous, Peuple de Dieu, merci. Parce que vous portez cette souffrance avec toute l’Église. Merci parce que vous priez en vue de la libération de nos frères et sœurs, pour toutes les personnes kidnappées, d’une façon ou d’une autre. Merci à vous, Peuple haïtien, ainsi que toutes les personnes de bonne volonté qui nous manifestent leur solidarité, toutes les autres institutions non catholiques, mais qui se sentent concernées par la situation. Merci beaucoup.

Merci d’accepter que les Institutions de l’Église observent un arrêt de travail durant trois jours, comme signe de nos souffrances et de notre protestation. Faisons tout ce que l’Église nous demande en ces temps. Agissons. Faisons entendre notre voix. Prions matin, midi et soir, en vue d’obtenir la délivrance. En effet, Jésus nous a prévenus, qu’il y a des cas, des causes que nous ne pouvons résoudre et résoudre que moyennant la pénitence et le jeûne.

Au nom du Dieu de la vie, et en communion avec toute l’Église, je dis, avec ma force ultime, il est temps que les gens soient libérés. Nous attendons la libération tout de suite des personnes. Nous sommes en train de travailler à cela. Nous prions pour cela. Dieu est plus fort. Merci beaucoup.

Monseigneur Max Leroy MESIDOR, Archevêque de Port-au-Prince (22/04/2021)

Retranscription et traduction en français : P. Georgino RAMEAU, SPSJ

« Older posts
Translate »