Société des Prêtres de Saint-Jacques

Missionnaires en Haïti, au Brésil et en France

Category: Infos Sociétaires (page 1 of 4)

Jean-Reynold Bonhomme

ORDONNE DIACRE EN VUE DU SACERDOCE LE 16 FEVRIER PROCHAIN

Jean-Reynold Bonhomme a 28 ans. Originaire d’Haïti, il est venu faire son séminaire en France, à Rennes, envoyé par les Pères de saint Jacques. En 6ème année de formation, il est en insertion paroissiale à Elven. « Cela n’a pas été facile de quitter aussi tôt ma famille et mon pays, » raconte-t-il, « mais je souhaitais être missionnaire, et à partir du moment où j’ai choisi la mission, le Seigneur m’envoie comme Il veut, quand Il veut et où Il veut » .

« Quand j’étais jeune je côtoyais des prêtres de saint Jacques, qui étaient simples dans leurs relations, très ouverts au dialogue, et joyeux, » explique Jean-Reynold Bonhomme. « Ils laissaient leur pays, pour nous donner leur témoignage de vie. Cela me touchait énormément. C’est la mission qui m’a beaucoup interpellé ».

Après un an d’études en Sciences de gestion, trois camps vocationnels effectués auprès des pères de Saint Jacques décideront de sa vocation : sur les 40 jeunes participants, 7 d’entre eux sont retenus pour intégrer le cursus de formation : il en faisait partie ! « En 2013 j’ai commencé la propédeutique, puis j’ai été envoyé au grand séminaire de Port-au-Prince pendant deux ans pour la philosophie ». Jean-Reynold a ensuite été envoyé en France par ses supérieurs, « je n’ai rien choisi, ni le séminaire, ni le diocèse, ni la paroisse où l’on m’a envoyé […]«
« Ce qui me touche c’est la fraternité missionnaire des pères de Saint-Jacques « continue-t-il ». Leur ouverture : on est envoyé pour annoncer la Bonne Nouvelle à nos frères et sœurs et apporter l’universalité du Salut ».

Depuis 4 ans à Elven, Jean-Reynold est investi auprès des servants d’autel, des jeunes en préparation au Sacrement de la confirmation, du service évangélique des malades. « Je vois la beauté de la mission, être à l’écoute…[…] »

Jean-Reynold Bonhomme sera ordonné diacre en vue du sacerdoce par l’imposition des mains de Monseigneur Centène, à 10h45 à la messe paroissiale d’Elven, le dimanche 16 février 2020. « Ce sera un très grand évènement pour moi de dire oui en toute liberté devant le Seigneur et de porter cette mission et vivre mon ministère de diaconat avec le peuple d’Elven. C’est une très grande joie et une grâce, joie de servir dans l’humilité et la simplicité.«
« Ce oui je le redirai chaque jour »

Ordonnés diacres en France, les séminaristes de la Société des pères de Saint Jacques retournent en Haïti pour leur ordination sacerdotale, puis reviennent en France en mission. Pour la promotion de Jean-Reynold, deux sont à Rennes, deux à Marseille et deux à Strasbourg.
« Et moi je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps. » (Matthieu 28, 20)

« J’ai cette certitude que le Seigneur m’accompagne et est avec moi dans mes épreuves, dans mes faiblesses et dans mes jours de joie aussi. Il est toujours présent avec moi dans la prière. Je lui demande vraiment sa Grâce pour m’éclairer, pour servir les autres. »

Interview Jean-Reynold Bonhomme

 

Dimanche de la santé – 9 février 2020

Message du Pape François
pour la XXVIIIe Journée Mondiale du Malade le 11 février 2020.

« Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau,
et moi je vous soulagerai
» (Mt 11,28).

Chers frères et sœurs,

1. Les paroles que Jésus prononce : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai » (Mt 11, 28) indiquent le mystérieux chemin de la grâce qui se révèle aux simples et qui offre un soulagement à ceux qui peinent et qui sont fatigués. Ces mots expriment la solidarité du Fils de l’homme, Jésus-Christ, face à une humanité affligée et souffrante. Que de personnes souffrent dans leur corps et dans leur esprit ! Il appelle tous les hommes à aller vers lui, « venez à moi », et il leur promet soulagement et repos. « Quand Jésus dit cela, il a face à lui les personnes qu’il rencontre chaque jour sur les routes de Galilée : tant de gens simples, pauvres, malades, pécheurs, exclus par le poids de la loi et du système social oppressif… Ces personnes l’ont sans cesse poursuivi pour écouter sa parole – une parole qui donnait l’espérance » (Angélus, 6 juillet 2014).
En cette XXVIIIème Journée Mondiale du Malade, Jésus adresse son invitation aux malades et aux opprimés, aux pauvres qui savent bien qu’ils dépendent entièrement de Dieu et qui, blessés par le poids des épreuves, ont besoin de guérison. Jésus-Christ, n’impose pas de lois à ceux qui vivent l’angoisse de leur propre situation de fragilité, de douleur et de faiblesse, mais il offre sa miséricorde, c’est-à-dire sa personne qui les réconforte. Jésus regarde l’humanité blessée. Lui, il a des yeux qui voient, qui s’aperçoivent, car ils regardent en profondeur. Il ne s’agit pas d’un regard rapide et indifférent, mais qui s’attarde et accueille tout l’homme, tout homme, dans sa condition de santé, sans écarter personne, mais en invitant chacun à entrer dans sa vie pour faire une expérience de tendresse.
2. Pourquoi Jésus-Christ nourrit-il ces sentiments ? Parce qu’il s’est fait faible lui-même, faisant ainsi l’expérience de la souffrance humaine et recevant à son tour le réconfort du Père. De fait, seul celui qui fait personnellement cette expérience saura être un réconfort pour l’autre. Il existe diverses formes graves de souffrance : les maladies incurables et chroniques, les pathologies psychiques, celles qui nécessitent de la rééducation ou des soins palliatifs, les divers handicaps, les maladies de l’enfance et de la vieillesse… Dans ces circonstances, on ressent parfois un manque d’humanité et il apparaît alors nécessaire de personnaliser l’approche à l’égard du malade, non plus seulement en soignant mais aussi en prenant soin, pour une guérison humaine intégrale. Lorsqu’elle est malade, la personne ressent que, non seulement son intégrité physique est compromise, mais aussi ses dimensions relationnelle, intellectuelle, affective et spirituelle. Elle attend donc, en plus des thérapies, un soutien, une sollicitude, une attention… en somme, de l’amour. En outre, aux côtés du malade, il y a une famille qui souffre et qui demande, elle aussi, réconfort et proximité.
3. Chers frères et sœurs malades, la maladie vous place d’une façon toute particulière parmi ceux qui sont « fatigués et opprimés », ceux qui attirent le regard et le cœur de Jésus. C’est de là que vient la lumière pour vos moments d’obscurité, l’espérance pour votre réconfort. Il vous invite à aller à lui : « Venez ». En lui, en effet, les inquiétudes et les interrogations qui surgissent en vous, dans cette “ nuit ” du corps et de l’esprit, trouveront de la force pour être traversées. Certes, le Christ ne nous a pas donné de recettes, mais, par sa passion, sa mort et sa résurrection, il nous libère de l’oppression du mal.
Dans votre condition, vous avez certainement besoin d’un lieu pour vous réconforter. L’Église veut être toujours davantage et toujours mieux l’“ auberge ” du bon Samaritain qu’est le Christ (cf. Lc 10, 34), à savoir la maison où vous pouvez trouver sa grâce, qui s’exprime par la familiarité, l’accueil, le soulagement. Dans cette maison, vous pourrez rencontrer des personnes qui, guéries par la miséricorde de Dieu dans leur fragilité, sauront vous aider à porter la croix en faisant de leurs propres blessures des ouvertures par lesquelles regarder l’horizon au-delà de la maladie et recevoir la lumière et l’air pour votre vie.
C’est dans cette œuvre de réconfort envers les frères malades que se situe le service du personnel de santé, médecin, infirmiers, agents sanitaires et administratifs, aides-soignants et volontaires qui, par leur compétence, agissent en faisant sentir la présence du Christ, qui offre sa consolation et se charge de la personne malade en soignant ses blessures. Mais, eux aussi, sont des hommes et des femmes, avec leurs fragilités et leurs maladies. Pour eux, en particulier, s’applique ce propos selon lequel « une fois que nous avons reçu le repos et le réconfort du Christ, nous sommes appelés à notre tour à devenir repos et réconfort pour nos frères, avec une attitude douce et humble, à l’imitation du Maître » (Angélus, 6 juillet 2014).
4. Chers agents du monde de la santé, toute intervention diagnostique, préventive, thérapeutique, de recherche, de soin et de rééducation, s’adresse à la personne malade, où le substantif “ personne ” prime toujours sur l’adjectif “ malade ”. Par conséquent, votre action doit tendre constamment à la dignité et à la vie de la personne, sans jamais céder à des actes de nature euthanasiste, de suicide assisté ou de suppression de la vie, pas même quand le stade de la maladie est irréversible.
Dans l’expérience de la limite et même de l’échec possible de la science médicale face à des cas cliniques toujours plus problématiques et à des diagnostics funestes, vous êtes appelés à vous ouvrir à la dimension transcendante, qui peut vous offrir le sens plénier de votre profession. Rappelons que la vie est sacrée, qu’elle appartient à Dieu et, par conséquent, qu’elle est inviolable et qu’on ne peut en disposer (cf. Instr. Donum vitae, n. 5 ; Enc. Evangelium vitae, n. 29-53). La vie doit être accueillie, protégée, respectée et servie, de la naissance à la mort : c’est à la fois une exigence tant de la raison que de la foi en Dieu auteur de la vie. Dans certains cas, l’objection de conscience est pour vous le choix nécessaire pour rester cohérents au “ oui ” à la vie et à la personne. En tout cas, votre professionnalisme, animé par la charité chrétienne, sera le meilleur service rendu au vrai droit humain : le droit à la vie. Quand vous ne pouvez pas guérir, vous pouvez toujours soigner grâce à des gestes et à des procédures qui apportent soulagement et réconfort au malade.
Hélas, dans certains contextes de guerre et de conflit violent, le personnel de santé et les structures qui s’occupent de l’accueil et de l’assistance des malades sont pris pour cibles. Dans certaines zones, le pouvoir politique aussi prétend manipuler l’assistance médicale en sa faveur, limitant la juste autonomie de la profession sanitaire. En réalité, attaquer ceux qui se consacrent au service des membres souffrants du corps social ne profite à personne.
5. En cette XXVIIIème Journée Mondiale du Malade, je pense aux nombreux frères et sœurs qui, dans le monde entier, n’ont pas la possibilité d’accéder aux soins, parce qu’ils vivent dans la pauvreté. Je m’adresse donc aux institutions sanitaires et aux Gouvernants de tous les pays du monde, afin qu’ils ne négligent pas la justice sociale au profit de l’aspect économique. Je souhaite qu’en conjuguant les principes de solidarité et de subsidiarité, il soit possible de coopérer pour que tous aient accès aux soins appropriés pour sauvegarder et retrouver la santé. Je remercie de tout cœur les volontaires qui se mettent au service des malades, en allant souvent suppléer les carences structurelles et en reflétant, par des gestes de tendresse et de proximité, l’image du Christ bon Samaritain.
Je confie à la Vierge Marie, Santé des malades, toutes les personnes qui portent le poids de la maladie, avec leurs familles, ainsi que tous les personnels de santé. Je vous assure que je suis proche de vous tous dans la prière et je vous envoie de grand cœur la Bénédiction apostolique.

Du Vatican, le 3 janvier 2020, Mémoire du Saint Nom de Jésus.
François

Conférence – 9 février 2020

Quelle formation des Futurs Prêtres face à la Mission de l’Église ?

La société évolue. L’homme contemporain formule des exigences nouvelles et pose des questions graves à l’Église quant à sa mission dans le monde actuel. Les vocations sacerdotales et religieuses s’amenuisent d’année en année, des séminaires se ferment dans divers diocèses, le rapport entre foi chrétienne et société change, tandis que naissent de nouvelles exigences pastorales.

Dans ces conditions, comment se réalise la formation des futurs prêtres face à la Mission de l’Église ?

Recteur du Séminaire Saint-Yves de Rennes, le Père Pierre de COINTET sera notre invité pour aider à répondre à cette question.

Dimanche 9 février 2020 – de 15 h 30 à 17 h 30.

 

Contact :

Père Georgino RAMEAU,

Responsable des conférences

02 98 68 72 76

secgelsaintjacques@gmail.com

Saint-Valentin



Prière de l’Epiphanie

« Viens, montre-Toi à moi,

je Te verrai, Toi,

la Joie de mon cœur »

Viens, montre-Toi à moi, je Te verrai, Toi, la Joie de mon cœur.
Donne-moi un cœur qui pense à Toi, une intelligence qui Te comprenne…
Viens, montre-Toi à moi, je Te verrai, Toi, la Joie de mon cœur.
Illumine mes yeux, ô Lumière divine, que je ne voie plus les vanités…
Viens, montre-Toi à moi, je Te verrai, Toi, la Joie de mon cœur.
Je Te trouverai enfin, ô mon Dieu, je Te retiendrai, Toi que je désire.
Viens, montre-Toi à moi, je Te verrai, Toi, la Joie de mon cœur.
Je Te connaîtrai comme Tu me connais. Je Te verrai, Lumière de mes yeux.
Ainsi soit-il.

Saint Augustin

Noëls du monde

Exposition – Crèches du monde
à Saint-Jacques, au fil des ans

Cliquez sur l’image ci-dessous pour visionner les photos de l’exposition 2019-2020



Grande Affiche Circuit des Crèches 2018



Noël du monde – découvrez les photos de l’expo 2018-2019.

D’autres photos d’expositions ? Cliquez sur ce lien

Visualisez l’album photo de l’expo 2016-2016

Cliquez sur l’image ci-dessous

Editorial – LLSJ N° 216

Nous voici entrés de plein fouet dans la nouvelle année. Je vous la souhaite heureuse, prospère et sainte. Qu’elle voie se réaliser dans notre monde tout ce qui contribue à la paix et à la concorde entre les peuples, pour une humanité toujours plus fraternelle.

L’année 2019 aura laissé ses empreintes sur notre existence. Divers événements nationaux et internationaux, heureux ou malheureux nous ont offert l’occasion de réfléchir sur notre manière de nous situer au monde. Les grands mouvements migratoires, dus le plus souvent à la famine, aux persécutions et à la guerre, nous ont secoué et nous ont obligés à nous interroger sur notre manière de traiter ce patrimoine commun qu’est la planète terre.

Marquée par différentes blessures, l’Église a choisi d’être au cœur de toutes les initiatives bonnes et justes, pour défendre le droit des pauvres, protéger l’innocence, promouvoir la justice et faire prendre conscience à toute l’humanité de la nécessité d’une conversion profonde, personnelle et communautaire.

Cette année a été dominée par deux questions principales : celle de l’écologie pensée à partir d’une théologie du pauvre et de la pauvreté, et celle de la loi bioéthique nous obligeant à ne pas nous méprendre sur les vraies valeurs qui doivent orienter nos démarches, nos rêves et nos vies.

Dans ce numéro, nous vous proposons de parcourir les principaux moments et temps forts de notre Institut.

  • Il s’agira de la crise complexe qui frappe sévèrement la société haïtienne, avec une attention particulière sur le regard que l’Église jette sur elle.
  • En France, nous sommes informés de quelques initiatives de la Région : agrégation temporaire du Père Aduel Joachin, semaine missionnaire à la communauté pastorale Pléneuf-Erquy-Matignon, défis missionnaires au Centre Finistère, et enthousiasme pastoral.
  • Au Brésil, une ère d’espérance s’ouvre pour notre Institut, avec la marche entrainante des séminaristes et la bonne santé de cette région sociétaire.
  • Au généralat, nous nous réjouissons avec nos bénévoles et nos employés, missionnaires eux aussi dans leur manière de travailler et de servir.

Puissions-nous sentir, tout au long de cette année, la présence du Seigneur à nos côtés, lui qui vient pour tout sauver.

Père Georgino RAMEAU
Directeur de la Publication de La Lettre de Saint-Jacques

 

Complainte sur arbre tombé

Il est tombé, mon arbre
Mon arbre, il est tombé

Il avait vu des jours
Il avait vu des nuits
Il avait rivalisé avec les plus grands
Résisté au soleil et aux plus forts vents !

De sa grandeur, il a surpris des regards,
Avec lui, nous échangé des regards,

De sa hauteur, il s’est fait sentinelle
De sa hauteur, de l’horizon, il scrutait les nouvelles

Mais, il est tombé !
Il est tombé l’arbre des grands matins
Il est tombé, il est tombé
L’arbre de toutes les saisons

Il est tombé, il est tombé
L’arbre aux héroïques résistances

Il est tombé. Il est tombé

Il a été atteint au cœur,
atteint d’un mal sans merci

Pour cet arbre si grand et si beau
Au front altier et beau,
A nul autre pareil,
Il n’y a pas eu de rémission

Il portait sur son tronc
Un visage que chacun peut deviner
Il portait sur son flanc
Un visage, celui de l’humanité
Il est tombé, mon arbre

Désormais, je te regarderai plus
Désormais sur toi mon regard ne s’accrochera plus
Désormais nous n’échangerons plus nos regards
Désormais, mes yeux
Mes pauvres et tristes yeux
se porteront sur la place de ton absence
Mes yeux, mes pauvres yeux
Devront se contenter de ton souvenir…

Car il est tombé mon arbre
Comme pour celui qui reçoit l’onction des malades
L’extrême onction
On t’a aidé à de coucher
On t’a aidé à prendre la route de ton repos
Car, tu as été pris au cœur
Piqué à vif !
Voici ce qui arrive au bout d’une longue vie.
Il faut se coucher
Se coucher comme les autres
Comme tant d’autres !

Dors mon arbre
Repose-toi de ta fatigue et de tes peines
Toi qui t’es mis en peine
Pour inspirer de la hauteur à ceux qui t’ont côtoyé
Toi qui as indiqué la transcendance
A ceux qui t’ont approché,
Dors, repose-toi, dors
Dors, arbre au souvenir éternel !
Tu es tombé ! alors dors.
Dors
Dors éternellement.
Au repos dans nos souvenirs
Nos souvenirs éternels !

Georgino Rameau


 

 

D’autres informations sur les arbres rares au Centre Missionnaire Saint-Jacques en Guiclan sont disponibles. Cliquez sur le lien suivant : Les araucarias-cryptomeria à Saint-Jacques, 29410-Guiclan /Finistère

Arbres remarquables – Saint-Jacques

Arbres remarquables  en Finistère – Arbres centenaires et rares au Centre Missionnaire Saint-Jacques


 



Arbres remarquables d Finistère 

par Mickaël Jézégou – Yannick Morhan – Guy Bernard

Dans ce livre sortie d’il y a peu, sont répertoriés deux arbres de la propriété de Saint-Jacques.


A la limite de Guiclan et Lampaul-Guimiliau, le parc du domaine des Pères de Saint-Jacques possède des conifères exotiques aux dimensions peu communes. Près du château de Lézérazien, un araucaria ou désespoir des singes, reconnaissable à son architecture élancée et géométrique, n’est pas sans évoquer, par ses formes, un calvaire végétal. L’arbre présente également une écorce témoignant d’un âge avancé.

La plus insolite de ses particularités est certainement une composition d’anciennes plaies d’élagage rappelant un visage presque humain. Au niveau de sa base, ses bourrelets, rappelant de la cire fondue, donnent l’impression qu’il s’affaisse sur lui-même.

Un peu plus à l’est du parc trône un discret Cryptomeria du Japon. Peu connu, l’arbre, avec ses 4, 6 m de circonférence, est pourtant le plus imposant spécimen de son espèce en France recensé à ce jour.

Selon la base de données Monumental trees, ce conifère ferait même partie des dix sujets les plus colossaux d’Europe. Faute de référence, il est difficile de dater ce cryptomeria dont l’aire d’origine se situe dans les régions chaudes du Japon et du sud de la Chine. On imagine que son introduction peut être corrélée au capitaine de frégate Albert de Kerouartz à qui l’on doit la construction du château de Lézérazien en 1871. A moins que les Pères de Saint-Jacques, au gré de leurs voyages entre Haïti et Guiclan, depuis la fin du XIXe siècle, aient pu rapporter quelques graines de cette essence. Quelle que soit son origine, l’arbre possède aujourd’hui une silhouette singulière avec une imposante branche ovoïde en déport.

En le regardant, on imagine qu’il pourra un jour atteindre les dimensions du cryptomeria du sanctuaire de Misaka près de Nagano. Cet arbre sacré, réputé approcher les 2000 ans, possède une circonférence record de 12,8 m.

Tree Jomon Sugi – 7200 year old tree on Japan’s Yakushima Island


Araucaria du Japon, juste à l’entrée du château, et après la chapelle.

 

Guiclan—Saint-Jacques

Araucaria
Araucaria Araucana
(Molina) K. Koch—Pinenn-Skantek

  • Exotique
  • Circonférence : 2, 9 m
  • Hauteur : 22 m
  • Âge : 100 ans
  • Site privé

Un Cryptomeria du Japon

Cryptomeria du Japon
Cryptomeria japonica (L. f.) D. Don

  • Exotique
  • Circonférence : 4, 6 m
  • Site privé


 

Expo crèches 2019

Visitez l’exposition des Crèches du Monde au Centre Missionnaire Saint-Jacques

Inauguration : temps de prière animé par le Père Tanneguy Saint-Martin

Crèches de Lampaul-Guimiliau

Crèches diverses

Older posts
Translate »