Missionnaires en Haïti, au Brésil et en France

Catégorie : Audio

Le Pape François invite à la solidarité avec Haïti

Le Pape François invite à la solidarité avec Haïti

Après le tremblement de terre qui a fait des centaines de morts en Haïti hier, le Pape François exhorte à la solidarité avec le pays caribbéen, meurtri par une succession de drames.

Vatican News

«Ces dernières heures, un fort tremblement de terre s’est produit en Haïti, faisant de nombreux morts et blessés et des dégâts matériels importants. Je tiens à exprimer ma proximité avec ces personnes chères qui ont été durement touchées par le tremblement de terre. Tout en élevant mes prières au Seigneur pour les victimes, j’offre mes paroles d’encouragement aux survivants, dans l’espoir que la communauté internationale leur témoigne un intérêt partagé et que la solidarité de tous puisse atténuer les conséquences de la tragédie», a déclaré François au terme de la prière de l’Angélus en cette Solennité de l’Assomption.

Ce samedi 14 août 2021, deux fortes secousses ont semé la destruction et la mort. La zone la plus touchée est le sud, avec des degâts humains et matériels difficiles à évaluer dans des endroits difficiles d’accès, notamment à Jérémie, Grand’Ande, Nippes, Les Anglais, Aquinoise et les Cayes. L’épicentre du séisme se trouvait à 20 km de la ville de Petit Trou de Nippes, à environ 150 km à l’ouest de la capitale Port-au-Prince, à une profondeur de 10 km, mais il a été ressenti jusqu’en Jamaïque.

Un pays affecté par une succession de drames

Au moins 724 personnes sont mortes et plus de 2 000 ont été blessées dans un bilan qui ne cesse de s’alourdir. Ce nouveau drame a réveillé les souvenirs traumatisants de la catastrophe de 2010, lorsqu’un autre tremblement de terre dévastateur avait fait 200 000 morts et déplacé des milliers de personnes.

Ce nouveau séisme aggrave encore plus une situation déjà catastrophique en Haïti. Le pays est en effet en proie à une crise politique, après l’assassinat du président Jovenel Moïse à son domicile il y a un peu plus d’un mois par un commando d’hommes armés. Par ailleurs la pandémie de coronavirus a fait plus de 570 victimes, mettant le système de santé haïtien à genoux, d’autant plus que presque personne n’a reçu de couverture vaccinale.

Aujourd’hui, la solidarité s’est mise en marche: Caritas et l’Unicef ont notamment lancé leurs opérations, et le président Biden a annoncé l’aide des États-Unis, mais les dégâts sont encore difficiles à estimer, et le bilan humain va probablement s’alourdir considérablement dans les prochaines heures.

Le témoignage de l’évêque de Jérémie

Mgr Joseph Gontrand Décoste, évêque de Jérémie, nous a confié son désarroi au lendemain de ce séisme qui a notamment dévasté la cathédrale de son diocèse :

Les gens restent sous les arbres, dans les espaces publics, dans les espaces ouverts, pour se protéger des répliques qui arrivent de temps en temps.

C’est une grande détresse. La population est désespérée, aux abois. Nous comptons beaucoup sur votre solidarité, votre proximité. En ce jour où nous célébrons l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, nous demandons à Maman Marie de réveiller l’espérance au cœur de ce peuple durement éprouvé par ce séisme puissant qui a endommagé sévèrement la cathédrale, les églises, les écoles catholiques et les maisons individuelles.

Je remercie Radio Vatican qui nous offre la possibilité de lancer un appel à la solidarité avec le diocèse de Jérémie, au sud-ouest d’Haïti, durement frappé dans les 55 paroisses du diocèse.»

Caritas mobilisée sur les lieux de la catastrophe

«L’ensemble du réseau de Caritas Haïti, notamment l’équipe d’urgence, participe à la coordination et aux opérations d’aide dans les trois départements touchés», informe le Père Jean-Hervé François, directeur de Caritas Haïti. De nombreuses églises ont également été endommagées par le tremblement de terre.

Aux Cayes, la résidence du cardinal Chibly Langlois, a été endommagée et le cardinal a été blessé, selon Akim Rikonda, directeur du Secours catholique en Haïti, qui s’est confié à Aci Prensa. Sa vie n’est pas en danger mais un prêtre qui se trouvait dans la résidence de l’évêque a été tué sous les décombres et deux membres du personnel figurent également parmi les victimes.

Caritas précise que les besoins de la population sont immenses : il y a un besoin absolu de nourriture, d’eau, de tentes, de kits d’hygiène et de premiers secours. La solidarité mondiale est appelée à travers une campagne de collecte de fonds pour soutenir le travail de Caritas Haïti.

Les dons peuvent être faits à l’adresse suivante : www.caritas.org/donate-now/haiti-earthquake-2021/

La proximité de l’Église latino-américaine

Les évêques et religieux d’Amérique latine lancent un appel à la solidarité et à l’unité. «Nous sommes avec vous, nous sommes tous Haïti!» : c’est ainsi que différents organismes de l’Église latino-américaine et caribéenne, parmi lesquels le Celam, expriment dans une note leur proximité avec un peuple qui, écrivent-ils, vit des heures «d’incertitude et de douleur». Ils expriment leur soutien aux missionnaires sur place et s’adressent aux nations d’Amérique latine et des Caraïbes et aux organismes du monde entier pour qu’ils ne pensent pas individuellement mais «comme une seule famille», et s’unissent dans la cause d’Haïti.

Les évêques américains en prière

La Conférence des évêques catholiques des États-Unis fait également entendre sa voix. Dans un communiqué, Mgr José H. Gomez, archevêque de Los Angeles et président des évêques, exprime ses «plus profondes prières pour le peuple d’Haïti qui pleure la perte d’êtres chers et souffre de la destruction causée par le tremblement de terre».

Une solidarité particulière est adressée aux évêques du pays, conduits par Mgr Launay Saturné, en ce jour de l’Assomption: «qu’ils puissent ressentir le réconfort, la compassion et l’étreinte de la Mère, Notre-Dame du Perpétuel Secours», patronne de l’île.

Notes de Presse Conférence des Évêques Haïtiens

 

Frères et Sœurs Bien-aimés, Hommes et Femmes de Bonne Volonté,

1. Au nom du Christ, Sauveur de l’humanité, en vertu de la mission qui lui a été confiée de rendre témoignage à la vérité, l’Église ne peut abandonner l’humain, dont le ‘‘destin’’, c’est-à-dire le choix, le salut ou la perdition, sont liés d’une manière si étroite et indissoluble au Christ (cf. Pape Jean Paul II, Redemptor Hominis, n.14). (Lire la suite ici).

Translate »