Missionnaires en Haïti, au Brésil et en France

Catégorie : Non classé (Page 2 of 25)

Être prêtre aujourd’hui – D. Carlsendro

Être prêtre aujourd’hui, quel sens pour moi ?

DISCERNEMENT VOCATIONNEL

Tout au long de ma formation initiale, j’ai cherché à comprendre pourquoi le Seigneur m’a appelé et m’a choisi pour devenir prêtre dans son Église. Mes aptitudes et mes compétences n’y sont pour rien. Car Dieu connaît mes faiblesses et mes limites. Mais, dans sa bonté infinie et à cause d’elle, il veut faire de moi un instrument de sa grâce et de son salut. Alors dans la joie, je veux répondre oui à son appel dont je mesure les exigences, et la portée de son choix.

LA JOIE D’ÊTRE PRÊTRE

Pour moi, être prêtre est une joie. C’est d’abord une joie née du don gratuit de l’amour miséricordieux de Dieu. Elle est aussi et en même temps un effet de mon adhésion ferme et sincère à collaborer au projet de salut de Dieu pour moi et pour tous ceux vers qui je suis envoyé.

Elle devient effective dans ma relation avec le Christ, à travers la prière, la lecture de sa Parole et la célébration des sacrements et le service des pauvres. Elle se fait communication à chaque fois que j’accepte d’aller à la rencontre de l’autre.

Cette joie suppose de l’effort pour que mon oui à l’appel et au choix du Seigneur s’inscrive dans la constance, tel que l’Apôtre Pierre nous y encourage dans sa deuxième Épître : « frères, redoublez d’efforts pour confirmer l’appel et le choix dont vous avez bénéficié » (II P 1, 10a).

PRÊTRE ET ARRACHEMENT

Être prêtre, c’est aussi un arrachement. Pour faire place au Seigneur, je dois sortir de mes zones de confort, et recentrer ma vie constamment sur le Christ. C’est en effet à partir du Christ que tout prend sens, y compris mon ministère presbytéral et toute mon existence d’homme.

L’arrachement va continuer à se faire tout au long de mon ministère et de ma vie. Pour le vivre sereinement, je compte constamment sur la grâce du Seigneur. J’ai la certitude que, m’arrachant ainsi à moi-même, le Seigneur fait en sorte que je sois mieux disponible pour le service de son peuple. Bien avant moi, saint François de Sales l’avait compris, lorsqu’il écrit : « Dieu m’avait ôté à moi-même pour me prendre à lui et me donner au peuple : c’est-à-dire qu’il m’avait converti de ce que j’étais pour moi en ce que je fusse pour eux [i]».

PRÊTRE ET ENGAGEMENT

Être prêtre, c’est enfin un engagement. Celui de toute une vie, donnée à la suite du Seigneur, et que je veux vivre en toute humilité, à la suite du Christ, Tête et Pasteur.

Cet engagement passe par l’Église, qui confirme le fait que le Seigneur m’ait appelé et choisi. Alors, en acceptant de devenir prêtre, je m’engage en même temps à vivre en parfaite communion avec l’Église, en tout ce qu’elle proclame en matière de vérité et de foi ainsi que dans tout ce qu’elle demande pour vivre ce beau ministère.

Par ailleurs, être prêtre engage ma liberté dans mon profond désir de servir le Seigneur, dans cette vocation particulière, pour mieux lui rendre gloire. Car « la fin que les prêtres poursuivent dans leur ministère et dans leur vie, c’est de rendre gloire à Dieu le Père dans le Christ » (PO 2).

La joie de l’appel du Seigneur nourrit ma vie au quotidien et m’aide à vivre les arrachements de toute sorte pour mieux lui dire oui à tout instant. Le fait que Dieu m’ait choisi me permet de prendre conscience de mes fragilités et de mes limites mais aussi de me remettre entièrement à sa grâce.

Aussi, dans une grande disponibilité et le don total de moi-même, pourrai-je vivre mon engagement d’être au service du peuple de Dieu, auquel je suis envoyé pour vivre la mission « ad extra, ad vitam, ad Gentes, cum ecclesia » en tant que membre de l’Institut Missionnaire des Prêtres de Saint-Jacques.

Que la Vierge Marie, Notre-Dame du Perpétuel secours, me soutienne dans mon ministère de Prêtre.

De gauche à droite : Diacre Carlsendro Chéry – Mgr Pontier – Diacre Richelin Lohier

Carlsendro CHERY, diacre spsj

[i] Lettre à sainte Jeanne de Chantal, 9 décembre 1962.

Mgr Charles Peters BARTHELUS – Port-de-Paix – Haïti

Prestation de serment de Mgr Charles Peters Barthélus, évêque de Port-de-Paix – Haïti, au Palais National – jeudi 27 août 2020.

Après la prestation de serment au Palais National le jeudi 27 août 2020, Mgr Barthélus a rejoint son diocèse à Port-de-Paix, où il a été consacré évêque. Ce fut le samedi 5 septembre 2020.

L’ordre sacré de l’épiscopat lui a été conféré par Mgr l’archevêque Eugene Martin Nugent, Nonce apostolique en Haïti, en présence du Cardinal Chibly Langlois – évêque des Cayes, et entouré de Mgr Mgr Pierre-Antoine Paulo, ancien Ordinaire du diocèse, et de Mgr Launay Saturné, archevêque du Cap-Haïtien, et président de la Conférence des évêques d’Haïti, et l’ensemble des évêques du pays, avec force présence de prêtres, religieux, religieuses et fidèles venant d’un peu partout du diocèse et d’autres régions limitrophes du pays.

Nous prions pour le nouvel évêque pour une mission réussie auprès du peuple de Dieu dans cette région du pays.

La Lettre de Saint-Jacques n° 215

 

 

Chère Lectrice, cher Lecteur, ami(e)

Octobre 2019, Mois extraordinaire de la Mission. Le Pape François, tenant fermement à la dynamique de la Mission de l’Eglise, préside du 6 au 27 octobre le Synode sur l’Amazonie qu’il a convoqué, il y a de cela plus d’une année. « Baptisés et Envoyés. L’Eglise du Christ en Mission dans le Monde ». C’est ce thème d’engagement universel de tous et de toutes qui oriente les travaux des Pères et des participants à ce synode inédit, dont la préparation a été confiée par le Pape François au Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples.

Dans la lettre qu’il lui a adressée, le 22 octobre 2017, le Pape avait exprimé son souhait et ses attentes : « Que le Mois missionnaire extraordinaire soit une occasion de grâce intense et féconde pour promouvoir des initiatives et intensifier de manière singulière la prière – âme de toute mission –, l’annonce de l’Évangile, la réflexion biblique et théologique sur la mission, les œuvres de charité chrétienne et les actions concrètes de coopération et de solidarité entre les Église, afin que se réveille et ne nous soit jamais volé l’enthousiasme missionnaire ».
Cependant, le Synode de l’Amazonie se veut être un cri à la conscience, une mémoire de la mission, une option pour la vie. Il s’insère dans le processus postconciliaire en défense de la vie, qui a commencé en Amérique Latine avec Medellin (1968 ; « libération », « option pour les pauvres »), a continué avec Puebla (1979 ; « assomption/rédemption »), Santo Domingo (1992 ; « Inculturation) et Aparecida (2007 ; « Mission »).

Aussi, devons-nous sans cesse nous rappeler que nous sommes tous envoyés par le Père pour annoncer l’Évangile. « De même que le Père m’a envoyé, dit Jésus, moi aussi, je vous envoie » (cf. Jn 20, 21). À travers l’Église que nous sommes, le Seigneur veut atteindre tous les milieux afin de former un seul troupeau sous la gouvernance d’un même pasteur. Aujourd’hui retentit encore dans le monde ce que Jésus dit à Pierre « Avance en eau profonde ! » (cf. Lc 5, 4). Le missionnaire, comme l’est tout baptisé, doit avoir la certitude d’être un « envoyé ». Être missionnaire est un acte d’obéissance, une réponse à ce que Jésus nous a demandé :  » Si tu m’aimes, garde mes commandements « . Faire partie de la Grande Famille de Dieu est un grand privilège mais cela implique une responsabilité.

Avec le pape François, nous nous rendons compte, de plus en plus et de mieux en mieux, de l’existence des périphéries innombrables : « Sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Évangile » (EG n° 20). Cette réalité soulève la question du zèle et de la fidélité à notre vocation, pour partager la vie et les merveilleuses richesses de l’Évangile à toutes et à tous. Puisque l’Évangile est puissance de Dieu pour le salut du monde, il est essentiel que l’on s’assure de l’annonce évangélique dans le contexte du monde d’aujourd’hui.

Dans la conception de l’évangélisation, on n’est pas là pour enseigner une doctrine. Il s’agit d’établir une relation personnelle entre l’homme et Jésus Christ. Toute personne a le droit imprescriptible de connaître Jésus Christ. Il faut être capable de donner à chaque personne de pouvoir dire : « Jésus Christ m’a aimé et il s’est livré pour moi » (Ga 2, 20). Il s’agit donc d’un devoir pour moi d’annoncer l’Évangile, comme il est du droit de chaque être humain de se le voir annoncer : « Malheur donc à moi si je n’annonce pas l’Évangile » (1 Co 9, 16). Évangéliser n’est pas un acte individuel et isolé, mais c’est un acte profondément ecclésial. Le chemin de la mission est celui de la solidarité, de l’inculturation et du dialogue, à l’exemple du Christ qui, par son incarnation, s’est engagé lui-même dans les circonstances sociales et culturelles particulières des gens parmi lesquels il a vécu.

Chère lectrice, cher lecteur, ami/es de la Lettre de Saint-Jacques, puissions-nous comprendre et vivre ce Mois Missionnaire Extraordinaire comme un nouvel élan dans la perspective d’aller à la rencontre des autres, qui est un acte purement et pleinement missionnaire.

Père Paul DOSSOUS,
Supérieur Général
Société des Prêtres de Saint-Jacques

 

Pastorale des Vocations Saint-Jacques – en France

Prière pour les vocations

Seigneur Jésus,
aujourd’hui comme hier,
Tu ne cesses d’appeler des jeunes
et des adultes de tous âges à Te suivre.

Entends nos communautés chrétiennes
qui Te prient avec confiance
pour les vocations.

Éclaire, fortifie
et soutiens ceux que Tu appelles
à T’aimer et Te consacrer leur vie
pour le service des autres
et pour l’annonce de ton Évangile.

Nous te le demandons
à Toi qui es vivant
pour les siècles des siècles !

Amen.

Semaine de mission à Erquy – témoignage

Du 3 au 11 août 2019, j’ai participé, avec joie, à la semaine de mission organisée à Erquy, par le Père Mickerson Olivier, prêtre de Saint-Jacques, curé de l’Ensemble pastoral Erquy – Pléneuf – Matignon, dans le diocèse de Saint Brieuc et Tréguier. Avec moi, cinq autres séminaristes de Saint-Jacques et un du diocèse de Saint Brieuc et Tréguier y ont également participé.
L’hébergement a été assuré par différentes familles de la paroisse dédiée aux saints Pierre et Paul. Accueillis avec grande générosité et enthousiasme, nous étions heureux des échanges que nous avons eus, ainsi que des temps de prière vécue ensemble.
Cette semaine missionnaire s’inscrit dans le cadre du mois missionnaire d’octobre 2019 décidé par le Pape François. En état de sortie, nous avons eu de belles rencontres avec diverses personnes que nous avons pris le temps d’écouter et auxquelles nous avons proposé la foi.
Nous avons visité des personnes âgées dans des EHPAD et dans des maisons de particuliers. Nous avons ainsi rencontré une femme centenaire à Erquy. Nous nous sommes rendus dans d’autres lieux plutôt professionnels, comme la CRIEE d’Erquy et une ferme du même lieu.



Durant cette semaine, nous avons organisé une veillée d’adoration à l’Église Saint Pierre et Saint Paul d’Erquy, ainsi que des jeux ouverts au public sur la plage.
Certains paroissiens et estivants ont pris part activement aux moments de prière et aux célébrations eucharistiques.

Nos journées se sont déroulées dans une ambiance de convivialité et de rencontres. A travers cette expérience d’une semaine missionnaire dans le diocèse de Saint Brieuc et Tréguier, nous avons été particulièrement interpelés par le sens de l’écoute et du temps gratuit donné à l’autre.

Nahum Guenaël Poulard,
séminariste de Saint-Jacques
en formation en France.

Oser la rencontre les uns avec les autres à Erquy, c’est possible !

Oser la rencontre les uns avec les autres à Erquy, c’est possible !

Notre vie humaine est faite de rencontres. Chacune de ces rencontres nous permet de tisser et de nouer des relations qui perdurent et laissent une trace ineffaçable dans notre vie.

Pendant l’été nous aurons des occasions de rencontres, habituelles ou nouvelles. L’été peut être aussi une opportunité de ressourcement, par des temps de prière et de méditation de la Parole de Dieu, dans le silence de notre cœur. Ainsi, chacun à son rythme peut participer à l’une ou l’autre des différentes propositions de la communauté paroissiale d’Erquy.

Les séminaristes du diocèse, et ceux des prêtres de Saint-Jacques seront heureux de vivre avec vous une semaine de mission, ici, sur la paroisse d’Erquy, du 3 au 11 août. Ils souhaitent, non seulement, vivre auprès de vous une expérience d’annonciation, mais aussi de visitation à l’image de Marie et d’Elisabeth. C’est une expérience qui sera marquée par une joie commune entre tous, joie de la rencontre avec l’autre et le Tout Autre. Car, toute rencontre vécue avec bienveillance est une béatitude.

Les séminaristes iront à la rencontre de toutes les personnes : âgées ou isolées, malades ou bien-portantes. Ils porteront une attention particulière aux personnes vivant en « EHPAD » ; une visite et un moment de présence, d’écoute… c’est si important pour ces personnes. C’est une manière pour eux de répondre et de servir le Christ dans ces personnes : « J’étais malade et vous m’avez visité… », nous dit le Christ.

Durant cette semaine de mission vous serez invités à participer également aux offices des Laudes suivis de l’Eucharistie, à des temps de louange et de témoignage, le soir, ainsi qu’à une marche, le vendredi 9 août, suivie d’un apéritif dînatoire au château de Bien Assis.

Merci de les accueillir.

Les affiches donnant le programme de la semaine seront remises à la sortie des messes de juillet. Bonne expérience de la rencontre à vous tous.

P. Mikerson OLIVIER
Curé de Pléneuf-Erquy et Matignon


Formation missionnaire – Maringá

L’archidiocèse de Maringá – Brésil – a organisé une rencontre de formation sur le Mois Missionnaire Extraordinaire d’octobre 2019. Celle-ci à eu lieu le 15 juillet 2019, à l’auditorium Dona Guilhermina.
Cette rencontre de formation a été organisée pour les agents pastoraux, les mouvements et les pastorales.
Responsable de la Propédeutique de la Société des Prêtres de Saint-Jacques au Brésil, le Père Onac Axénat a participé à cette rencontre. Il se dit très satisfait d’avoir pu y prendre part.
Suivent quelques photos de la rencontre.







Archidiocèse de Maringá, préparation au Mois Missionnaire Extraordinaire d’octobre 2019. Suivez le lien.

 

« Older posts Newer posts »
Translate »