Dimanche 12 décembre 2017

Père André Siohan, Vicaire général de la Société des Prêtres de Saint-Jacques.

Présentation des perspectives missionnaires des Prêtres de Saint-Jacques suite à la dernière assemblée générale de l’Institut en juillet dernier.


14 janvier 2018

Monseigneur Jean-Marc AVELINE, évêque auxiliaire du diocèse de Marseille. Il nous invitera à réfléchir à partir de la question suivante: « L’Eglise doit-elle s’intéresser aux autres religions? »


11 février 2018

En attente de réponse du conférencier


11 mars 2018

Père Xavier Manzano, prêtre du diocèse de Marseille et directeur de l'Institut catholique de la Méditerranée (ICM),

Le dialogue dans la vie et la mission de l’Eglise: critères, défis et enjeux


8 avril 2018

Monseigneur Gérard Defois, Archevêque émérite de Lille

« L’Eglise et son avenir selon Vatican II


13 mai 2018

Père Yves-Marie BLANCHARD, professeur à l’Institut Catholique de Paris.

L’œcuménisme aujourd’hui: témoignage d’unité dans la mission de l’Eglise.



10 juin 2018

En attente de confirmation du conférencier.



Merci de votre compréhension et de votre patience.


Calendrier

2017-2018

En cours d’élaboration

Les Conférences ont lieu

chaque deuxième dimanche du mois

Horaires : 15 h 30 - 17 h 30

  Exposé : 1 h  Questions et échanges :  3/4 d'h 

secgelsaintjacques@gmail.com

C  O  N  F  É  R  E  N  C  E  S

AU CENTRE MISSIONNAIRE SAINT-JACQUES - 02 98 68 72 76

Accueil

« Islam et Musulmans », tel a été le titre de la conférence donnée au Centre-Missionnaire Saint-Jacques par le Père eudiste François Jourdan. Spécialiste des rapports de l’Islam avec le Christianisme et le Judaïsme, il a cherché à cibler ce qui lui paraissait le plus important à considérer pour un dialogue fructueux entre l’islam et le christianisme. Aussi dès sa première prise de parole, l’ancien professeur d’islamologie à Rome et à l’Institut Catholique de Paris eut-il à préciser que : « dans les rapports entre chrétiens et musulmans, il faut d’abord essayer de se comprendre. Et pour sortir de la confusion ou d’un certain angélisme, il est impératif de clarifier, de regarder les choses en face et d’oser ne pas avoir peur ». C’est le prix à payer pour un travail de paix que l’on est appelé à réaliser ensemble, souligne-t-il. Pour ce spécialiste qui a vécu dans plusieurs pays à majorité musulmane, il est nécessaire pour chrétiens et musulmans de se regarder en face et de se comprendre, malgré les différences.


L’ancien délégué du diocèse de Paris pour les relations avec l’islam de 1998 à 2008 invite à éviter tout amalgame. S’appuyant sur le paragraphe 16 de l’encyclique « Lumen Gentium », il précise que l’islam n’est pas Abrahamiste,  et dénonce des approximations hasardeuses faites en ce sens. Il a attiré l’attention des participants sur le fait que les mots n’ont pas toujours le même sens pour tout le monde. Considérant la question de l’existence d’un seul Dieu pour tous, le prudent docteur en théologie et bon connaisseur des textes du coran pousse à prêter attention à la différence entre : « le même »,  « l’identique/le semblable » et « l’unicité ». Aussi, conseille-t-il de lire le coran avec une vigilante attention.


Homme d’un dialogue exigeant en faveur d’une paix réelle, il distingue trois plans pour toute démarche de rapprochement entre chrétiens et musulmans : 1) Le plan de la relation avec les personnes (dont lumière est donnée dans l’encyclique Nostra Aetate sur l’attitude d’ouverture que les catholiques doivent faire montre à l’égard des musulmans et des juifs) ; 2) celui du chemin religieux des personnes, en considérant la vision de l’ultime, où le chemin vers Dieu n’est pas le même pour les chrétiens et les musulmans ; 3) celui d’un problème psychologique, qui peut être cause de blocage. En effet, renchérit-il, le fonctionnement des personnes paraît si différent que chrétiens et musulmans éprouvent de la difficulté à se comprendre. Pour ce fin connaisseur de l’islam, le blocage tient de la vision coranique même de Dieu.


Le père François Jourdan dénonce le dieu dominateur de l’islam en face du christianisme et du judaïsme dont le Dieu est avant tout celui de l’Alliance et de l’histoire. S’il est vrai que des musulmans donnent des noms à Dieu, il ne s’agit en aucune sorte d’une révélation d’un Dieu qui entre dans l’histoire et se donne à connaître à travers elle. La vision de Dieu dans le christianisme et même dans le judaïsme est diamétralement opposé à celle que l’on peut en avoir dans l’islam, avance-t-il, une religion de la peur : peur de Dieu et des autres, où l’on se surveille mutuellement. Alors que Judaïsme et christianisme mettent en avant la liberté, celle-ci disparaît dans l’islam en faveur des vérités successives, de l’opportunisme et d’une certaine disposition à la violence.


Cette conférence a captivé les participants et les a poussés à se poser beaucoup de questions et à interroger le serein conférencier, fort de sa conviction qu’un dialogue vrai ne peut se faire au rabais, mais bien en se disant respectueusement la vérité libératrice.


En guise de conclusion, le père François Jourdan déclare :

« Pour vivre ensemble, il faut ouvrir les yeux sur les réalités et les difficultés ».

« Alors que la lâcheté conduit à la complaisance et à la guerre, la force de la liberté nous libérera tous ».


Un grand merci au Père François Jourdan pour cette conférence invitant à réfléchir et aller de l’avant dans un dialogue vrai et fructueux entre musulmans et chrétiens, appelés tous ensemble à vivre dans la paix et dans la foi au salut. Un grand merci également aux participants pour leur bienveillance et leur bonne disposition à entrer dans un débat ouvert et de grande qualité.

Islam et Musulmans

Par le Père François JOURDAN,

À la Salle de Compostelle, Le 12 novembre 2017

Retraites et autres événements

 Voir aussi la page

Animation missionnaire

E-mail: secretariat.general.spsj@gmail.com

Proposer une conférence

Retour à l’accueil

Accueil